Retour

Terrorisme : un étudiant canadien complètement  disculpé au Bangladesh

L'étudiant de l'Université de Toronto Tahmid Hasib Khan, qui avait été détenu à la suite d'un attentat dans la capitale du Bangladesh, Dacca, le 1er juillet, a été blanchi de tout soupçon par un tribunal local, mercredi.

Les autorités alléguaient initialement qu'il avait collaboré à l'attaque terroriste contre un restaurant durant laquelle vingt otages avaient été tués.

Le jeune homme avait été libéré sous caution dimanche dernier, mais la police lui reprochait toujours de ne pas avoir collaboré à son enquête.

Toutefois, un juge du Bangladesh a clos le dossier mercredi, à la demande d'un enquêteur.

Tahmid Hasib Khan n'était que résident permanent du Canada au moment de sa détention initiale au Bangladesh. Il était parti y voir ses parents avant d'aller faire un stage au Népal pour le compte de l'UNICEF. Sa famille et lui avaient toujours dit qu'il était retenu comme otage dans le café Holey Artisan Bakery.

Réactions

L'UNICEF s'est d'ailleurs réjouie du dénouement de cette affaire.

Pour sa part, le groupe de pression qui tentait de faire libérer l'étudiant de Toronto se dit très heureux de son acquittement complet. Le groupe #FreeThamid avait saisi les médias sociaux pour mobiliser la communauté en faveur du jeune homme de 22 ans.

Sa porte-parole, Rusaro Nyinawumwami, le connaît personnellement pour l'avoir fréquenté sur le campus de l'Université de Toronto il y a trois ans. Le groupe n'a pas pu entrer en contact avec lui mercredi.

Mme Nyinawumwami soutient que son travail de sensibilisation a peut-être même influencé les autorités bengalies grâce à son mot-clic. « Notre mouvement sur Twitter et Facebook, dit-elle, a permis de rejoindre des milliers d'étudiants dans le monde pour réclamer justice en son nom. »

L'Université de Toronto s'est également dite très heureuse. L'établissement se dit prêt à aider Tahmid Khan à compléter sa dernière année dans un programme de mondialisation de la santé.

Affaires mondiales Canada, de son côté, dit être en contact avec sa famille et les autorités au Bangladesh, mais le ministère refuse de donner plus de détails, citant la protection de la vie privée.

Les proches du jeune homme à Dacca commenteront la nouvelle publiquement seulement jeudi ou vendredi. Quant à son retour au Canada, aucune date n'a encore été fixée.

-D'après les informations recueillies par Jean-Philippe Nadeau

Plus d'articles