Retour

The Bleeder « n'est pas une commande », assure Philippe Falardeau à Venise

The Bleeder, le deuxième film américain de Philippe Falardeau, a divisé la presse, vendredi, lors de sa première projection au Festival du film de Venise.

Le réalisateur québécois est surtout connu sur la planète cinéma pour son long métrage, Monsieur Lazhar, nommé aux Oscars en 2012. À la sortie de la projection, certains représentants de la presse se sont questionnés sur la décision du Québécois d'explorer le monde du sport, un univers à des années-lumière de sa cinématographie.

En conférence de presse, Falardeau a répondu à ces critiques, assurant que The Bleeder n'avait rien d'une commande.

Présenté hors compétition, The Bleeder raconte l'histoire du boxeur Chuck Wepner, qui a résisté à la légende Muhammad Ali pendant 15 rounds et qui a inspiré le personnage du film Rocky.

Comme Arrival, de Denis Villeneuve (projeté jeudi), The Bleeder jouit d'une distribution relevée, comprenant Liev Schreiber, Naomi Watts et Elisabeth Moss. Le long métrage est cependant doté d'un budget d'à peine cinq millions de dollars.

Un autre son de cloche de la part des critiques américains

Si la presse européenne est demeurée plutôt froide à la proposition de Falardeau, la critique américaine est beaucoup plus tendre.

Guy Lodge, de Variety, salue la performance des acteurs Liev Schreiber et Naomi Watts, et ajoute que « la modestie de The Bleeder distingue le film des récentes productions commerciales consacrées à la boxe. S'il n'atteint pas la force viscérale de Creed (2015), son aspect usé et son humanisme sincère valent une douzaine de Southpaw (2015) ».

Dans The Hollywood Reporter, on peut lire que « le charme du film jaillit des sentiments cachés du personnage, et la courte scène finale avec Chuck et son frère, jouée par un féroce Michael Rapaport, offre une véritable charge émotive, sans tomber dans la facilité ».

La rencontre de Falardeau et Schreiber

L'acteur américain Liev Schreiber, connu pour ses rôles dans X-Men, les origines : Wolverine et, plus récemment, dans Spotlight, a tenu ce projet de film à bout de bras pendant plusieurs années.

Également producteur de The Bleeder (en plus d'y tenir le rôle principal), Schreiber n'a pas hésité avant de confier les rênes du projet à Philippe Falardeau.

Falardeau a fait appel au directeur de la photographie québécois Nicolas Bolduc, qui a auparavant travaillé sur Two Lovers and a Bear, de Kim Nguyen, et Enemy, de Denis Villeneuve. Bolduc donne à The Bleeder une touche fidèle aux films des années 70.

Le film sera présenté au Festival international du film de Toronto la semaine prochaine. La date de sortie du film n'est pas encore connue.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine