Retour

Tim Raines accueilli en héros au stade olympique

Tim Raines n'a jamais oublié Montréal, et les Montréalais n'ont jamais oublié Tim Raines. L'ex-voltigeur des Expos a été honoré avant le match entre les Blue Jays de Toronto et les Pirates de Pittsburgh, au stade olympique.

Il a été chaleureusement accueilli au moment où il a fait son entrée dans le stade, monté sur une voiturette sortie du champ centre.

La foule est restée debout à l'applaudir tout au long de son tour d'honneur.

« Bonjour, mesdames et messieurs. Je t'aime, Montréal », a déclaré Raines en français au public, avant de l'inviter en grand nombre à se joindre à lui à Cooperstown, le 31 juillet, pour son intronisation au Temple de la renommée du baseball.

« Tout ça est très émouvant. Vous savez que j'aime cette ville », a-t-il poursuivi devant sa conjointe, Shannon, et ses jumelles, Ava et Amelie, réunies avec ses ex-coéquipiers Bill Lee, Steve Rogers, Jeff Reardon, Dennis Martinez, David Palmer, Al Oliver et Warren Cromartie.

Ces spectateurs ont toutefois vécu une petite déception, quand le match s'est terminé sur un verdict nul de 1-1 après neuf manches, ce qui a entraîné quelques huées.

Raines a été élu au Temple de la renommée le 18 janvier dernier, à sa 10e et dernière année d'éligibilité.

Il a rappelé à quel point il était important pour lui de marquer le coup avec une casquette des Expos.

« Il n'y avait aucun doute dans mon esprit quand j'ai reçu l'appel du Temple me demandant quelle équipe je souhaitais représenter : Montréal. »

C'est lors de ses 13 saisons à Montréal que Raines a connu ses meilleures saisons, obtenant 1622 de ses 2605 coups sûrs, en plus de réussir 635 de ses 808 buts volés, le cinquième plus haut total de l'histoire.

À moins qu'on ne doive maintenant parler de 809 ? À la toute fin de la cérémonie, on a invité Raines à s'emparer du deuxième sac du stade olympique, sur lequel un « 808 » a été peint en noir.

« C'est super qu'ils m'aient laissé faire ça, a lancé Raines un peu plus tard. J'ai pu le donner à mes filles. Un jour, sûrement, elles comprendront ce que tout ça voulait dire et ce que ça a représenté pour moi. »

Ses ex-coéquipiers étaient tous ravis d'avoir pu prendre part à cette cérémonie.

« Il était un gars électrisant, c'était notre bougie d'allumage, a rappelé Martinez, son coéquipier à Montréal de 1987 à 1990. Il avait toujours le mot pour rire et détendait l'atmosphère : c'est comme ça qu'on doit être pour jouer au baseball. Mais quand venait le temps de jouer, il se donnait à fond. Je savais que quand une balle était frappée dans la gauche, Tim serait là pour la capter. »

« Je suis très heureux, a ajouté Martinez au sujet de l'intronisation de Raines au Temple de la renommée. C'est un gars qui a exactement le profil. Je ne comprends pas pourquoi ils ont mis 10 ans à lui offrir les portes, mais l'important, c'est qu'il y soit. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine