Retour

Toxicomanie : les médecins de famille doivent être mieux formés

Les médecins de famille doivent être mieux formés pour les aider à poser de meilleurs diagnostics et à traiter les patients aux prises avec une dépendance aux drogues, selon une étude du Centre d'excellence de la Colombie-Britannique pour le VIH-SIDA.

Le docteur Evan Wood, coauteur de l'étude publiée dans la plus récente édition du Journal of Addiction Medicine, soutient qu'il y a une prise de conscience à savoir que, pour de nombreuses personnes, la toxicomanie est une maladie chronique. Elle devrait donc être traitée par une médecine fondée sur les faits, de la même manière que n'importe quelle autre condition médicale.

Le spécialiste ajoute qu'il faut déterminer les raisons pour lesquelles certaines personnes décrochent des drogues à long terme, alors que pour d'autres la dépendance est une maladie fatale de laquelle elles ne pourront jamais sortir. « Dans plusieurs cas, c'est parce qu'elles n'ont pas reçu le bon traitement », fait-il valoir.

Selon lui, les traitements aux dépendances doivent être intégrés dans les soins de premières lignes. Les médecins de famille mieux formés pourront ensuite aider les patients en les dirigeant vers des spécialistes. Autrement, les patients se retrouvent aux urgences et les quittent sans avoir été redirigés.

Les problèmes de dépendance sont fréquents, notamment en Colombie-Britannique. Selon les services du coroner de la Colombie-Britannique, 371 utilisateurs de drogues sont décédés par surdose entre janvier et juin 2016. Environ 60 % de ces décès sont liés au fentanyl, une drogue puissante.

Le médecin et chercheur plaide également pour un meilleur financement de la formation par rapport aux dépendances et pour que les professionnels de la santé soient mieux informés pour répondre aux besoins de la population aux prises avec ces troubles.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine