Retour

Tragédie des Broncos : croiser la mort à Armley Corner, en Saskatchewan

La tragédie routière qui a coûté la vie à 15 personnes, dont 10 joueurs des Broncos de Humboldt et deux entraîneurs, vendredi soir, rouvre de vieilles blessures. Il y a 20 ans, six membres d'une famille perdaient la vie au même endroit dans une collision. Les autorités de la Saskatchewan avaient alors installé deux feux de signalisation à l'intersection d'Armley Corner. Cela n'aura donc pas suffi.

Alors que la communauté de Humboldt pleure encore les victimes de la tragédie routière qui a décimé l’équipe de hockey junior de cette petite ville, les questions sont nombreuses sur les circonstances qui ont conduit à cette collision à haute vitesse entre l’autobus qui transportait une trentaine de joueurs et entraîneurs des Broncos et un semi-remorque chargé de ballots de matière industrielle.

Jusqu’ici, les enquêteurs et les reconstitutionnistes de la GRC n’ont révélé aucun détail sur le déroulement et l’origine de l’accident.

La GRC précisait par ailleurs ce week-end qu’il pourrait même s’écouler des semaines avant que les enquêteurs aient une idée précise du déroulement des événements survenus à l’intersection des routes 335 et 35, à Ridgedale, au nord-est de Saskatoon.

Ce que l'on sait...

Vendredi dernier, l’autobus des Broncos se rendait à Nipawin avec 29 personnes à bord pour disputer un match de demi-finale contre les Hawks de Nipawin. L’autobus se dirigeait vers le nord sur l'autoroute 35, dont la limite de vitesse est de 100 km/h. Selon la signalisation en vigueur à l’intersection de la 35 et de la route 335, c’est l’autobus qui avait la priorité.

Au même moment, un semi-remorque qui roulait vers l'ouest sur la route 335 croisait un panneau d’arrêt obligatoire accompagné d’un feu rouge à l’intersection de l’autoroute 35. Pour une raison toujours inconnue, les deux véhicules sont entrés en collision à haute vitesse.

Une collision d'une grande violence

Les deux véhicules se sont immobilisés au coin nord-ouest de l'intersection.

La partie avant de l’autobus s'est désintégrée sous la force de l’impact. La remorque du camion a quant à elle été pulvérisée, et tout son chargement s'est répandu sur le lieu de l’accident.

Sur les 29 personnes à bord de l'autobus, 15 sont mortes, dont 10 joueurs, 2 entraîneurs, 1 stagiaire et 1 annonceur ainsi que le chauffeur de l’autobus. Les 14 autres passagers ont été blessés à divers degrés.

Le conducteur du semi-remorque s’en est pour sa part sorti indemne. L’homme a été arrêté et interrogé par la GRC avant d’être relâché un peu plus tard.

Une famille décimée au même endroit

Cette tragédie, considérée comme la pire à avoir frappé le monde du sport au Canada, ramène brutalement dans l’actualité la question de la sécurité routière aux intersections en milieu rural, principalement à celle-ci, où une famille entière a péri dans des circonstances similaires il y a 20 ans.

Six croix blanches plantées en bordure de l’intersection rappellent d’ailleurs ce triste jour de juin 1997 où une famille de l’Alberta qui circulait dans une voiture a été décimée dans une collision avec un camion chargé de grain. La voiture avait pris feu sous la force de l’impact.

Deux feux rouges clignotants avaient été installés sur la route 335 à cette intersection depuis, mais force est de constater que cela n’a pas suffi.

Dylan Fiddler, qui n'avait que 6 ans lorsqu'il a perdu sa mère, sa tante, son oncle et trois jeunes cousins dans cet accident, explique que la tragédie des Broncos a eu un effet brutal sur lui et ses proches et qu’il est plus important que jamais d’agir pour sécuriser cette intersection.

« Peut-être qu'aujourd'hui, après tant de morts dans le secteur, quelque chose sera fait », dit M. Fiddler.

L'arrêt obligatoire souvent ignoré

« Il faut faire autre chose », a déclaré pour sa part le préfet de la municipalité rurale de Connaught, Art Lalonde.

Cet avis est partagé par son collègue Brad Schiltroth, qui déplore que les automobilistes ne respectent pas toujours l’arrêt obligatoire à cette intersection.

Sécuriser effcacement l'intersection

L’une des solutions proposées par Art Lalonde est d’installer des bandes rugueuses sur la route avant l’intersection pour prévenir les automobilistes du danger.

D’autres croient que le petit boisé situé au coin sud-est du croisement nuit à la visibilité et empêche les conducteurs de voir venir d’autres véhicules à l’intersection.

Selon la GRC, de multiples facteurs sont à l'étude dans cette tragédie, dont la signalisation routière, qui est de la responsabilité du gouvernement provincial en Saskatchewan.

Outre la signalisation, la GRC affirme examiner attentivement les conditions routières, météorologiques, l’état mécanique des véhicules ainsi que celui des chauffeurs au moment de l’accident.

Plus d'articles