Retour

Trans Mountain : l'absence du français aux séances publiques décriée

Un organisme environnemental britanno-colombien déplore le manque de français et de service de traduction lors des consultations publiques du Comité ministériel sur le projet d'agrandissement du pipeline Trans Mountain.

Un texte de Maryse Bernard

Le directeur de l'énergie et démocratie de Dogwood Initiative, Kai Nagata, s'est dit étonné de l'absence d'une des langues officielles pendant les audiences du panel qui doit se pencher sur le projet d'oléoduc de Kinder Morgan à Burnaby.

« J'étais frappé par le fait qu'il n'y avait aucune mesure [pour] enregistrer les propos des participants et qu'il n'y avait aucune traduction. Ça n'avait pas vraiment l'air d'une consultation officielle du gouvernement fédéral », a-t-il souligné lors d'une entrevue à l'émission Phare Ouest lundi.

60 000 francophones exclus

M. Nagata a tenté de faire sa présentation en français lors des consultations la semaine dernière à Burnaby, même s'il se considère comme étant anglophone.

Selon lui, aucune personne présente à la consultation ne pouvait le comprendre dans la langue de Molière. 

« Il y a 60 000 francophones en Colombie-Britannique. C'est difficile d'être à l'écoute de la population si on ne parle pas la langue maternelle des gens », a-t-il affirmé.

La communauté de Maillardville n'est pas consultée

Il a rappelé que 13 000 personnes habitent dans la communauté fortement francophone de Maillardville, dans la ville de Coquitlam, tout près de la route proposée par Kinder Morgan pour son oléoduc.

M. Nagata s'est dit inquiet du fait qu'il n'y a pas eu de consultation à Coquitlam, pour récolter les opinions ou les craintes des résidents.

« L'idée est de démontrer qu'on est à l'écoute des gens, mais on a l'impression que c'est un geste de relations publiques, et pas vraiment une consultation », a-t-il ajouté.

Sans l'enregistrement des faits et des opinions présentés lors des consultations publiques, il sera difficile de prendre une décision réfléchie sur l'avenir du projet d'oléoduc, selon l'organisme Dogwood Initiative.

Le Comité ministériel tiendra sa prochaine assemblée publique vendredi à North Vancouver.

Plus d'articles

Commentaires