Retour

Trans Mountain : un conflit d’intérêt évité de justesse ?

Nouveau rebondissement pour le projet de pipeline Trans Mountain : l'Office national de l'énergie (ONÉ) a annoncé le report des plaidoiries finales orales qui étaient prévues à Calgary le 24 août, puis à Burnaby, en Colombie-Britannique, du 9 au 30 septembre.

L'agence fédérale explique qu'elle a souhaité éviter un conflit d'intérêt. En cause : le consultant Steven Kelly, qui a aidé l'entreprise Kinder Morgan à la préparation des preuves en faveur du projet, doit entrer en poste le 13 octobre à l'ONÉ qui vient de l'embaucher.

Le comité d'audience de l'Office a donc retiré les preuves apportées par Steven Kelly du dossier et a également ordonné à Trans Mountain de fournir, d'ici au 28 août, une liste de tous les éléments de preuve qui ont été préparés ou supervisés par Steven Kelly. « Nous avons fait ce qu'il fallait au vu des circonstances », réagit l'ONÉ dans un communiqué de presse.

Calendrier incertain

Les dates des prochaines audiences n'ont pas, pour l'heure, été fixées. « Le comité décidera des prochaines étapes de l'audience sur le projet Trans Mountain une fois qu'il aura reçu et examiné l'information et les commentaires souhaités de la façon décrite dans sa lettre de décision », peut-on lire dans le communiqué de l'agence. Ladite lettre indique que « Trans Mountain peut répliquer aux commentaires des intervenants au plus tard le 11 septembre 2015. »

Kinder Morgan venait tout juste de déposer auprès de l'Office ses arguments finaux en vue de tripler la capacité de son oléoduc Trans Mountain, qui achemine d'Edmonton jusqu'à Vancouver du pétrole brut issu des sables bitumineux de l'Alberta.

S'il est un jour adopté, le projet Trans Mountain ferait passer la capacité de l'oléoduc de 300 000 à 890 000 barils par jour.

Plus d'articles

Commentaires