Retour

Triple meurtre de Calgary : la famille de l'accusé témoigne

La soeur de Douglas Garland, Patti, a signalé son frère comme suspect aux enquêteurs lors de la disparition d'un garçon de cinq ans et de ses grands-parents, ont entendu des jurés mardi.

Deux semaines après la disparition du jeune Nathan O'Brien, âgé de 5 ans, et de ses grands-parents Alvin et Kathy Liknes, en 2014, Douglas Garland a été accusé de leurs meurtres prémédités. Il plaide non coupable.

Patti Garland a dit que la relation avec son frère était « inexistante ».

Après la publication d'une image d'un camion vert lors des recherches, Patti Garland a témoigné qu'elle ne se sentait « pas très bien » à propos de ce qu'elle voyait dans les nouvelles.

Mme Garland a demandé à son fils de prendre une photo du camion vert, conduit presque exclusivement par son frère. Elle a fourni une déclaration aux enquêteurs et a donné un échantillon de son ADN.

Au moment de la disparition de la famille, Douglas Garland vivait avec ses parents dans une propriété rurale au nord de Calgary.

La mère, Doreen Garland, a déclaré aux jurés que son fils était un « homme intelligent » qui lisait beaucoup de livres, mais ne discutait pas de ses problèmes avec elle. « C'est mon fils, je l'aime, a-t-elle dit. Je pense qu'il est un homme malheureux ».

Doreen Garland a témoigné que lorsqu'elle a rapporté la nouvelle de la disparition de la famille après avoir regardé la télévision, son fils lui a dit qu'il ne voulait pas parler des Liknes. Mais en contre-interrogatoire, Mme Garland a déclaré à l'avocat de la défense, Kim Ross, que la réaction de son fils à l'égard des Liknes n'était pas « hors norme ».

École de médecine

Pendant près d'un an, Douglas Garland a fréquenté l'école de médecine de l'Université de l'Alberta jusqu'à ce qu'il subisse ce que sa mère croit être une dépression nerveuse avant d’abandonner l'école.

Son père, Archie Garland, a témoigné que son fils en voulait à Alvin Linkes, car, selon lui, il ne l’a pas payé pour du travail qu’il a effectué pour lui il y a plusieurs années. En contre-interrogatoire, il a dit qu'il n'a jamais vu son fils faire preuve de violence envers qui que ce soit.

Le procès se poursuit mercredi avec les témoignages de premiers intervenants.

Plus d'articles

Commentaires