Retour

Trois marins britanniques accusés de viol collectif peuvent quitter la N.-É.

Trois marins britanniques accusés d'avoir participé au viol collectif d'une femme canadienne en avril dernier à Halifax seront en mesure de retourner à la maison en attendant la prochaine étape de leur procès.

Le juge de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse Josh Arnold a rendu sa décision mercredi après-midi.

Les hommes ont été libérés après avoir versé une caution de 10 000 $, soit une augmentation de 7000 $ par rapport à leurs conditions précédentes. Ils doivent également rester à distance de la plaignante.

Trois des quatre marins accusés, Simon Radford, Joshua Finbow et Craig Stoner, ont demandé des modifications à leurs conditions de libération sous caution. L'autre marin, Darren Smalley, n'a pas fait une telle demande.

Les marins récupéreront donc leur passeport pour rentrer chez eux, mais ils devront les remettre à la Royal Navy dès leur arrivée en Grande-Bretagne.

Les trois hommes doivent aussi signaler leur présence par téléphone tous les vendredis et revenir au Canada cinq jours avant la date de leur prochaine comparution.

Une interdiction de publication empêche certains détails de l'affaire, comme les preuves et les arguments, d'être révélés.

À ce jour, aucune des allégations portées contre les quatre hommes n'a été prouvée en cour.

Plus d'articles

Commentaires