Retour

Trois partis, trois manières de voir les mêmes données sur l'emploi

Si les données sur l'emploi au Canada parues vendredi ont donné l'occasion aux chefs libéral et néo-démocrate de réitérer leurs critiques à l'endroit de Stephen Harper, le premier ministre sortant continue de voir des signes d'embellie de la situation économique.

Selon Statistique Canada, le taux de chômage a grimpé de 0,2 point en août pour atteindre 7 %, en raison d'une augmentation du nombre de personnes à la recherche d'un emploi.

« C'est à cause d'une augmentation du taux de participation. Beaucoup plus de Canadiens et Canadiennes sont encore dans le marché du travail », a analysé le chef du Parti conservateur, en point de presse à Whitehorse, au Yukon. M. Harper a aussi souligné la création de plus de 50 000 emplois à temps plein en août, « une tendance depuis plusieurs années », selon lui.

Dans un communiqué publié plus tôt, le président du Conseil du Trésor et candidat conservateur dans Parry Sound-Muskoka, Tony Clement, avait souligné la croissance observée en juin, alors que le Canada est en récession en vertu des résultats des deux premiers trimestres, ainsi que la hausse des exportations.

Une économie qui ne roule pas à cause de Harper

Interrogé au sujet de ces données sur l'emploi, le chef du Parti libéral a continué de vanter son approche visant à générer de la croissance économique, tout en acceptant de présenter des budgets déficitaires jusqu'en 2019. « Le plan que met de l'avant le Parti libéral pour l'investissement pour la croissance de la classe moyenne n'est pas basé sur les mauvaises nouvelles pour Stephen Harper depuis plusieurs mois. Il est basé sur les mauvaises nouvelles que Stephen Harper nous offre depuis 10 ans », a lancé Justin Trudeau.

M. Trudeau a de nouveau reproché à Stephen Harper d'avoir tout misé sur le prix élevé du pétrole et d'avoir accordé des exemptions fiscales aux plus riches. « Malheureusement, M. Harper veut continuer avec cette même approche qui ne fonctionne pas. Et M. Mulcair a choisi de suivre dans cette même approche de M. Harper [...] Il offre des coupures au lieu d'investissements », a ajouté le chef libéral, tout en qualifiant le plan néo-démocrate de « mirage » et en rappelant l'héritage du NPD.

Pour sa part, le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a soutenu que les dernières données ajoutaient d'autres pertes d'emplois au bilan de Stephen Harper. Les 54 000 emplois à temps plein créés en août ont été contrebalancés par environ 42 000 emplois perdus à temps partiel.

Mulcair opposé à un péage

À Brossard pour réitérer sa promesse d'une réunion avec les premiers ministres provinciaux afin de discuter des régimes de retraite publics, M. Mulcair en a profité pour rappeler que le NPD avait une « position de principe » contre un péage sur le nouveau pont Champlain, qui relie la Rive-Sud à l'île de Montréal.

« J'ai vu que plusieurs années plus tard, les libéraux ont découvert hier les mérites d'annoncer qu'il n'y aura pas de péage. Je pense que le passé étant garant de l'avenir, il faut se méfier de ce que disent les libéraux en temps électoral, parce que ça ne colle souvent pas avec ce qu'ils font », a lancé le chef néo-démocrate.

Le NPD tentera de conserver la circonscription redessinée de Brossard-La Prairie, enlevée aux libéraux à la faveur de la vague orange de 2011.

Pour voir la fiche de Brossard-La Prairie sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Justin Trudeau se trouvait pour sa part à Richmond Hill, dans la circonscription ontarienne du même nom, où il a réitéré sa promesse de hausser les investissements fédéraux dans le transport en commun de 6 milliards de dollars en 4 ans, et de 20 milliards en 10 ans, dans le cadre de son plan plus vaste en matière d'infrastructures.

Les libéraux espèrent regagner cette circonscription que leur ont enlevée les conservateurs en 2011. Fait à noter, le ministre des Transports de l'Ontario, Steven Del Duca, a pris la parole lors de la conférence de presse de vendredi pour saluer la promesse en matière d'infrastructures de Justin Trudeau, que la première ministre ontarienne Kathleen Wynne appuie ouvertement dans le cadre de cette campagne fédérale.

Pour voir la fiche de Richmond Hill sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Quant à Stephen Harper, il s'agissait d'une autre visite dans le Nord canadien. Les élections risquent toujours d'être serrées dans ces vastes régions à faible population, et la dernière, en 2011, n'a pas fait exception. M. Leef a récemment procédé à l'arrestation citoyenne d'une femme qui vandalisait ses affiches électorales.

Pour voir la fiche de la circonscription de Yukon sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires