Retour

Trudeau avare de détails sur le Partenariat transpacifique

Lors de la deuxième journée de sa visite officielle au Vietnam, le premier ministre du Canada n'a pas voulu donner de détails sur les négociations entourant le Partenariat transpacifique (PTP).

Un texte de Philippe-Vincent Foisy, envoyé spécial au Vietnam

La journée de Justin Trudeau à Ho Chi Minh-Ville a commencé par une cérémonie à la bourse, marquée par un coup de gong pour souligner l’intérêt du Canada à solidifier les liens économiques avec le Vietnam.

Après une rencontre avec des gens d’affaires, Justin Trudeau s’est rendu à une discussion modérée par une journaliste économique vietnamienne, Lien Hoang, choisie entre autres par le bureau du premier ministre.

L'une de ses questions portait sur les pierres d’achoppement dans les négociations entourant le PTP. Depuis que l’administration Trump s’est retirée de l’accord, les onze pays restants espèrent en effet garder l’entente en vie et la ratifier sans les États-Unis.

Le premier ministre Justin Trudeau a répété qu’il signera uniquement un accord qui sera positif pour le Canada et qu’il n’est pas pressé de ratifier cet accord, ce qu’il avait déjà affirmé mercredi.

Il a ensuite répété qu’il veut défendre les industries automobile et culturelle du Canada.

Le premier ministre a toutefois rapidement changé de sujet en prenant une question de la salle, quand la journaliste a répété sa question : « Est-ce que c’est à cause de la culture que les négociations sont au ralenti ? »

Justin Trudeau a expliqué qu’il n’était pas à la table des négociations.

Il a ensuite pigé une question écrite par un étudiant dans la salle. Le premier ministre a lancé à la blague que la question était à propos du PTP, ce qui a été reçu par un silence dans la salle.

Justin Trudeau a rapidement enchaîné avec la question qui portait en fait sur l’immigration et l’ouverture du Canada, un changement de propos qui a semblé plaire aux étudiants et au premier ministre.

Le premier ministre n’aura toutefois pas le choix d'affronter les points litigieux du PTP, puisque vendredi, il se rendra au sommet de l’APEC, à Da Nang, au Vietnam.

Avec la menace que représente la Corée du Nord pour la région, la renégociation du PTP y monopolisera les discussions.

Le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, est déjà sur place pour négocier l’entente avec ses homologues.

Trudeau rencontrera Aung San Suu Kyi

Le premier ministre rencontrera aussi vendredi la dirigeante du Myanmar, Aung San Suu Kyi. Le pays est accusé par plusieurs pays et organisations non gouvernementales d'avoir perpétré des crimes contre l’humanité.

Des centaines de milliers de Rohingyas ont fui les persécutions de la majorité bouddhiste du Myanmar, ce qui a provoqué une grave crise humanitaire.

Aung San Suu Kyi a déjà condamné « toutes les violations des droits de l'homme » et a promis que les auteurs d'exactions seraient traduits en justice.

Justin Trudeau a nommé l’ancien premier ministre de l’Ontario et ancien chef du Parti libéral, Bob Rae, envoyé spécial pour tenter de dénouer la crise.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine