Retour

Trudeau écarte de nouveau toute coalition « formelle » avec le NPD

Le chef du Parti libéral continue de rejeter l'idée d'une « coalition formelle » pour gouverner le Canada et remplacer les conservateurs de Stephen Harper, même s'il se dit ouvert à travailler avec les autres partis.

Justin Trudeau a dû aborder ce sujet lundi lorsqu'un journaliste a évoqué un article paru en fin de semaine dans le New York Times, où le chroniqueur torontois Stephen Marche y va d'une charge en règle contre Stephen Harper, dans un texte intitulé « The Closing of the Canadian Mind (La fermeture d'esprit canadienne) ». S'ajoute la course serrée évoquée par les sondages, qui laisse croire à la possibilité d'un gouvernement minoritaire.

Justin Trudeau a expliqué lundi, lors d'une conférence de presse sur le balcon arrière d'une résidence d'Ajax, en Ontario, que les Canadiens avaient besoin d'un « plan cohérent » pour la croissance économique, ce que le NPD de Thomas Mulcair ne peut offrir, selon lui.

« Toute coalition formelle n'est pas intéressante pour moi ni pour les Canadiens », a tranché M. Trudeau.

En anglais, le chef libéral a ajouté qu'il ne croyait pas à des « ententes de coulisse » (backroom deals) et que les Canadiens devraient avoir « toute la gamme » des possibilités.

« Le Parti libéral est toujours ouvert, comme il l'a toujours été, à travailler avec les autres partis à la Chambre des communes pour adopter des lois qui aident les Canadiens, a-t-il précisé. Mais les Canadiens doivent savoir qu'il y a une équipe avec un plan robuste et clair pour la croissance économique, et c'est le Parti libéral du Canada. »

Kathleen Wynne aux côtés de Justin Trudeau

Justin Trudeau doit participer en soirée à Toronto à un événement conjoint avec la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne.

Une guerre de mots a opposé Mme Wynne au chef conservateur Stephen Harper au cours des dernières semaines, en raison du projet des libéraux ontariens de créer un régime de retraite provincial, pour lequel le fédéral a refusé de coopérer. Des journalistes se sont interrogés, lundi matin, sur l'impact potentiel de la collaboration de M. Trudeau avec une première ministre qui ne fait pas l'unanimité, non seulement au sujet du projet de régime de retraite, mais aussi de la vente partielle d'Hydro One.

Le chef libéral a d'abord répondu en termes généraux, vantant « son approche coopérative et collaborative » avec différents premiers ministres. « Je suis très content d'avoir l'appui de beaucoup de l'organisation provinciale, ici en Ontario et ailleurs au pays. C'est quelque chose que nous reconnaissons comme important », a-t-il ajouté.

« On reconnaît très bien que beaucoup de citoyens font moins la différence entre provincial et fédéral », a-t-il toutefois admis, avant d'affirmer que les autres gouvernements libéraux du pays reconnaissaient, comme lui, l'importance d'investir dans la classe moyenne.

« Si M. Harper avait fait sa job depuis 10 ans pour accroître la sécurité des revenus des Canadiens, Mme Wynne n'aurait pas à se lancer seule dans un plan pour les pensions », a résumé Justin Trudeau.

Message à la classe moyenne

C'est pour rappeler une promesse faite bien avant le déclenchement de la campagne électorale et souvent réitérée depuis que le chef du Parti libéral du Canada s'est entouré de deux familles à Ajax.

Justin Trudeau s'engage, s'il est élu à la tête du pays, à offrir une baisse d'impôts à la classe moyenne, financée par une augmentation de ceux des mieux nantis. Il promet aussi de fusionner diverses prestations pour enfants par une seule mesure, l'Allocation canadienne aux enfants. Le Parti libéral affirme que ces mesures profiteront à 9 familles canadiennes sur 10 et permettront de sortir 315 000 enfants de la pauvreté.

La circonscription d'Ajax a été redessinée et comprend une petite partie de l'ancienne circonscription d'Ajax-Pickering, où le conservateur Chris Alexander l'avait emporté par un peu plus de 3000 voix sur le libéral Mark Holland, en 2011. M. Holland sera de nouveau candidat contre M. Alexander, tandis que la néo-démocrate Stephanie Brown complète le tableau pour le moment.

Comme s'il voulait répondre au chef libéral, Chris Alexander a publié lundi matin sur son fil Twitter des photos prises avec une autre famille d'Ajax, en vantant les politiques conservatrices en matière de fiscalité et de création d'emplois.

Pour voir ce portrait de circonscription sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le Sagittaire: le signe le plus chanceux?





Rabais de la semaine