Retour

Trump, la nouvelle arme des conservateurs pour attaquer Trudeau

Quelques jours après l'entrée en fonction de Donald Trump à Washington, les mesures que met en place le nouveau président américain pourraient inspirer les conservateurs sur la manière de s'en prendre aux politiques de Justin Trudeau.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Bien sûr, la stratégie de la chef intérimaire Rona Ambrose sera peaufinée au cours des prochains jours. C'est à cela que sert une rencontre du caucus, comme celle qui se déroule cette semaine à Québec jeudi et vendredi..

Mais déjà, les conservateurs savent qu'à la Chambre des communes, ils pourront sortir l'artillerie lourde. Et le nouveau président américain Donald Trump va leur permettre de lancer des attaques plus puissantes.

La question de la taxation

Depuis que Justin Trudeau est au pouvoir, l'opposition officielle s'en prend à la gestion des finances publiques et de la fiscalité par les libéraux.

Au sud de la frontière, Donald Trump s'est fait élire en promettant de simplifier le système d'imposition américain, en le faisant passer de sept à quatre échelons.

En campagne, le républicain s'est également engagé à réduire l'impôt des sociétés qui, en ce moment, est plus élevé aux États-Unis qu'au Canada.

Dans les rangs conservateurs, certains affirment que cette nouvelle réalité rend le Canada moins compétitif.

On va parler beaucoup de la compétivité que nos entreprises doivent avoir face aux Américains. On a la nouvelle administration qui s'engage à baisser les impôts pour les entreprises alors qu'ici au Canada on fait exactement le contraire.

Gérard Deltell, député de Louis-Saint-Laurent

Environnement et énergie

Autre question cruciale, celle de l'environnement. Au pouvoir comme dans l'opposition, les conservateurs ont toujours vanté les mérites des projets énergétiques.

Justin Trudeau, très actif lors de la conférence de Paris et dans ses négociations avec les provinces, a un plan environnemental ambitieux. Sa vision dans ce dossier, il la partageait avec l'ancien président démocrate Barack Obama.

Une fois la passation des pouvoirs terminée à Washington, M. Trump n'a pas manqué de mettre la hache dans l'héritage environnemental de son prédécesseur.

Non seulement le site Internet de la Maison-Blanche précise-t-il que la nouvelle administration tient à faire revivre l'industrie du charbon, mais le président a rapidement donné son aval au projet d'oléoduc Keystone XL, rejeté par Barack Obama.

Avec ce changement de cap à Washington, la tarification sur le carbone, qui était déjà dans la ligne de mire des conservateurs, sera de nouveau la cible d’attaques cet hiver.

Avec les États-Unis qui n'utilisent pas une taxe sur le carbone, c'est un désastre pour notre économie si Trudeau impose sa taxe sur le carbone.

Andrew Scheer, candidat à la direction du Parti conservateur

Libre-échange et protectionnisme

Puis, il y a le libre-échange. Dans ce dossier, pas question pour les conservateurs de prendre Donald Trump en exemple.

Un des héritages des 10 années au pouvoir de Stephen Harper est la multiplication de la signature d'accords de libre-échange.

Or, les premiers jours de la présidence Trump ont prouvé - à ceux qui en doutaient encore - que le nouveau chef d'État est résolument protectionniste. Il a annoncé le retrait de son pays du Partenariat transpacifique et son intention de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Le Parti conservateur n’adhère donc pas à la vision protectionniste de Trump, mais y voit tout de même une occasion de s’en prendre au premier ministre Trudeau. La chef intérimaire du Parti Rona Ambrose n'y a pas manqué dans le discours qu'elle a présenté aux membres de son caucus, jeudi.

Il doit nous présenter son plan pour le commerce, défendre l'ALENA et les emplois canadiens qui en dépendent.

Rona Ambrose, chef intérimaire du Parti conservateur

L'arrivée de Donald Trump ne touche pas que l'économie et l'environnement. Il y a aussi le bois d'oeuvre, l'immigration et les politiques de défense.

La liste des fronts sur lesquels les conservateurs pourront concentrer leurs assauts au cours des prochaines semaines est longue.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine