Retour

Trump traite les migrants mexicains d'« envahisseurs » sur Twitter

Le président américain Donald Trump a qualifié les personnes entrant aux États-Unis en provenance du Mexique d'« envahisseurs » et a affirmé qu'elles devraient être renvoyées immédiatement sans même obtenir une audience devant un juge.

« Nous ne pouvons laisser ces personnes envahir notre pays », a écrit le président sur Twitter en route vers son terrain de golf privé dans le nord de la Virginie « Lorsque quelqu’un entre [aux États-Unis] nous devons immédiatement, sans l’implication de juges ou de tribunaux, les ramener d’où ils viennent. Notre système est une caricature d’une bonne politique d’immigration ».

L'American Civil Liberties Union (ACLU) a répliqué en affirmant qu’une telle mesure serait illégale et porterait atteinte à la Constitution que doit défendre M. Trump.

« Ce que le président Trump a suggéré est à la fois illégal et anticonstitutionnel », a déclaré Omar Jadwat, le directeur de l’Immigrant’s Rights Project de l’ACLU.

M. Trump a critiqué les juges en charge d’analyser les dossiers d’immigration depuis plusieurs semaines, gonflant au passage le nombre d’audiences en cours. Le président a également balayé l’idée d’embaucher plus de juges, comme le proposent certains membres du Congrès.

Il a cependant plié devant la pression populaire la semaine dernière en faisant marche arrière sur sa politique de séparation des parents et des enfants qui entrent illégalement aux États-Unis par la frontière avec le Mexique.

L’administration Trump poursuit cependant toujours en justice tous les immigrants illégaux.

La Chambre des représentants doit voter sur une loi sur l’immigration cette semaine, malgré que son sort demeure incertain.

M. Trump a indiqué aux représentants républicains la semaine dernière qu’il était « à 100 % » pour ce projet, mais il a écrit quelques jours plus tard sur Twitter qu’ils « perdaient leur temps » à organiser un vote avant les élections de mi-mandat.

Dimanche après-midi, une dizaine de manifestants se sont massés à l’entrée du club de golf de Donald Trump pour démontrer leur colère face aux politiques du président.

Plus d'articles