Retour

Turo : un Airbnb de la voiture arrive au Canada

Après les industries du taxi et de l'hôtellerie, c'est maintenant au tour des entreprises de location de véhicules de s'adapter à l'économie du partage, avec l'arrivée au Canada de Turo, un service qui permet de louer son automobile à des particuliers à la journée, à la semaine ou au mois.

Le Canada compte plus de 20 millions d'automobiles. La grande majorité du temps, ces véhicules ne sont pas sur les routes, mais dans les stationnements. « Les véhicules ne sont pas toujours bien utilisés pendant leur cycle de vie. Nous avons donc créé une plateforme qui permet de louer le sien pour le faire fructifier lorsqu'il est sous-utilisé », explique le PDG de Turo, André Haddad, dont l'entreprise a offert plus d'un million de jours de location depuis son lancement aux États-Unis en 2009.

La plateforme en ligne ressemble beaucoup à celle d'Airbnb, un site qui permet de louer son logement à des touristes. Le voyageur n'a qu'à y entrer la ville qu'il visite et la durée de la location voulue pour voir tous les véhicules disponibles sur une carte, leurs caractéristiques, leur prix et les commentaires des derniers utilisateurs à avoir loué l'automobile.

Le prix est déterminé par le propriétaire du véhicule et varie selon le modèle de celui-ci, la ville où il se trouve, la saison et la demande. « Les prix sont en moyenne 30 % moins chers que ceux des services de location classiques », estime André Haddad. À San Francisco, une Honda Civic 2012 peut ainsi se louer 32 $ US par jour, mais une Porsche Boxter coûte quant à elle 169 $ US quotidiennement. Une Tesla Model S peut, pour sa part, être louée de 200 $ à 250 $ US.

L'entreprise peut rapidement devenir rentable pour les propriétaires de voitures, qui gagnent en moyenne 600 $ US par mois aux États-Unis, le seul pays où Turo est offert pour l'instant. « Ce revenu moyen peut toutefois varier grandement, notamment si l'on compare celui des gens qui mettent leur véhicule en location 100 % du temps et celui de ceux qui ne l'offrent, par exemple, que les fins de semaine », reconnaît le PDG.

Le propriétaire peut aussi offrir un service de livraison du véhicule, à l'aéroport ou à l'hôtel, ce qui peut également faire augmenter ses revenus.

Il est bon de noter que, contrairement à d'autres services du genre, comme Getaround, Turo ne permet pas la location à l'heure. « Le marché de la location à l'heure est niché et est mal adapté à notre modèle », juge André Haddad. Louer une voiture en utilisant Turo requiert en effet un contact entre le propriétaire et le voyageur pour la remise des clés, une opération plutôt lourde pour une location de quelques heures seulement.

Assurer la confiance

Cette rencontre entre le propriétaire et le voyageur n'est pas fortuite. Celle-ci est la dernière étape d'un long échange, lors duquel chacun consulte le profil et l'historique de l'autre et les commentaires qu'il a reçus. Ils communiquent par messagerie pour régler la transaction. « Cette mise en relation directe entre les gens est très importante pour s'assurer que ceux-ci se sentent en confiance », estime le PDG de Turo.

Établir la confiance est l'un des plus grands défis pour une entreprise du genre. « Il y a quelques années, quand j'expliquais que nous allions permettre à monsieur Tout-le-Monde de louer sa voiture, les gens me regardaient avec un regard interloqué », se rappelle André Haddad, qui a déjà été confronté à des mentalités similaires il y a 15 ans, lorsqu'il a fondé en France l'entreprise de commerce électronique iBazar, puis à eBay, où il a été vice-président sénior.

Les rencontres en ligne et en personne ne sont qu'un des moyens employés par Turo pour rendre les utilisateurs plus à l'aise à l'idée de prêter leur véhicule à un inconnu. « On ne compte pas juste sur la confiance et la bonté des gens pour gérer notre entreprise », rassure le PDG.

La compagnie exige un certain nombre d'informations personnelles au moment de l'inscription au service. Celles-ci sont utilisées pour s'assurer que le locataire possède un bon profil de conduite, notamment en ce qui a trait aux accidents et aux infractions routières. « Nous avons mis en place un système de gestion du risque, qui nous permet de voir au tout début de l'expérience si un client correspond à nos critères en matière de risque », précise André Haddad.

Pour les assurances, les propriétaires doivent au préalable détenir une assurance avec Intact Assurance ou Belairdirect. Ceux-ci ont alors droit à trois types de protection, incluant dans tous les cas une assurance responsabilité civile de 2 millions $ et une couverture contre les dommages et le vol. La protection supérieure offre pour sa part une protection contre les égratignures et les dommages mineurs. Dans tous les cas, le propriétaire n'a aucune franchise à payer. Celui qui loue la voiture se voit quant à lui offrir trois options, dont certaines avec franchise.

Canada : premier marché d'expansion

Le Canada est le premier marché où Turo offre ses services après les États-Unis.

« L'une des raisons pour laquelle nous avons décidé que le Canada serait le premier pays où nous entamerions notre expansion internationale est que nous avons beaucoup d'utilisateurs canadiens qui louent des véhicules sur Turo lorsqu'ils voyagent aux États-Unis. Ils nous demandent depuis plusieurs années de venir au Canada », explique André Haddad.

Turo est offert depuis aujourd'hui en Alberta, en Ontario et au Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine