Retour

Turquie : la photographe « glacée » à la vue du bambin noyé

La journaliste à l'origine des photos du petit naufragé syrien qui ont choqué le monde a confié, jeudi à l'AFP, avoir été « glacée » lorsqu'elle a aperçu le cadavre du bambin de trois ans.

La mer a rejeté le corps de l'enfant - tout comme ceux de son frère de cinq ans et de sa mère - sur le rivage de la station balnéaire de Bodrum, en Turquie. Face contre terre, le visage dans le sable de la plage, le petit garçon est mort en tentant de gagner la Grèce par la mer Méditerranée.

« Quand je l'ai vu, je suis restée figée, glacée », a déclaré la photographe Nilüfer Demir à la chaîne d'information CNN-Türk.

« Nous avons d'abord vu le corps inanimé du plus petit garçon, puis celui de son frère aîné, relate Mme Demir. En les photographiant, j'ai simplement voulu refléter le drame de ces gens. »

La famille du petit Aylan Kurdi, à l'exception du père qui a survécu au naufrage, faisait partie d'un groupe de 23 réfugiés syriens qui tentaient de gagner la Grèce à bord de deux embarcations. Douze d'entre eux, dont cinq enfants - sont morts dans le naufrage.

Relayée par les réseaux sociaux et les médias traditionnels, l'image du petit garçon gisant sur une plage turque est devenue l'incarnation du drame des réfugiés syriens qui se joue en Syrie. « Jamais je n'ai pensé que ces images feraient un tel effet », a conclu la photographe, précisant avoir déjà photographié, auparavant, des migrants noyés sur les plages turques.

Plus d'articles

Commentaires