Retour

Un appel à la mobilisation contre Kinder Morgan lancé à Montréal

Une déclaration d'opposition et un appel à la mobilisation ont été présentés mardi à Montréal par des personnalités et des organisations du Québec contre l'expansion du pipeline de sables bitumineux Trans Mountain de Kinder Morgan.

Le temps presse dans le dossier Kinder Morgan. La pétrolière s’est donné jusqu’au 31 mai pour évaluer des solutions et développer des stratégies lui permettant de poursuivre son projet d’expansion du pipeline entre l’Alberta et la Colombie-Britannique.

Une telle expansion permettra à Kinder Morgan de tripler sa capacité, la faisant passer de 300 000 à 890 000 barils de pétrole par jour.

Mais l’opposition au projet ne s’essouffle pas. Des Premières Nations, des citoyens, des groupes environnementaux et sociaux et plusieurs personnalités publiques lancent un appel à la mobilisation le 27 mai au centre-ville de Montréal pour exiger que Justin Trudeau rejette le projet de Kinder Morgan.

Le grand chef Serge Simon de Kanesatake, représentant le Traité autochtone contre l’expansion des sables bitumineux (signé par 150 Premières Nations du Canada et des États-Unis), en a profité pour souligner que les Premières Nations du Canada « se tiendront côte à côte avec les Premières Nations de la Colombie-Britannique qui refusent de donner leur consentement au projet » .

« Le mouvement à l’est qui a stoppé le pipeline de sables bitumineux Énergie Est ne permettra pas à ce même pétrole sale de s'échapper vers l'ouest », a-t-il affirmé lors d'un point de presse à Montréal.

Le grand chef Simon a également mis en garde le gouvernement Trudeau, affirmant que les peuples autochtones veulent avoir le dernier mot sur leur territoire. Des dizaines de communautés qui habitent sur le tracé de l'oléoduc projeté s'y opposent.

« Il faut que le respect et le dialogue continue. C'est ça qui a créé la crise d'Oka, car ces deux éléments faisaient défaut », estime le chef mohawk.

Les organisations et les personnalités présentes ont soumis une déclaration intitulée « Ensemble contre l’expansion du pipeline de Kinder Morgan et pour une transition écologique juste ».

Le document rappelle qu’en tant que « signataire de l’Accord de Paris, le Canada doit s’engager rapidement dans une transition juste et profonde qui réduira significativement notre dépendance aux hydrocarbures, nos émissions de gaz à effet de serre (GES) et créera une économie et des emplois plus écologiques. »

Selon les signataires, le projet de Kinder Morgan va à l’encontre des engagements climatiques catastrophiques, menace l’eau potable et bafoue les droits des peuples autochtones.

Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie et Arctique à Greenpeace Canada, rappelle que la population du Québec a déjà rejeté le projet de pipeline Énergie Est de TransCanada et qu’elle « ne restera pas les bras croisés alors que Justin Trudeau veut imposer un pipeline à une province, à des communautés et à des Premières Nations qui n’en veulent pas ».

Plus d'articles