Retour

Un chirurgien millionnaire gonfle ses revenus en profitant du système

EXCLUSIF - En 2015, le Dr Issam El-Haddad, seul chirurgien à plein temps du Centre hospitalier La Sarre en Abitibi-Témiscamingue, a été le chirurgien général le mieux payé de la province. Mais nous avons découvert que, pour réussir cet exploit, il a profité du système.

Un texte de Madeleine Roy d'Enquête

Des données obtenues auprès de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) ont permis à une équipe de l'émission Enquête d'estimer que M. El-Haddad a gagné environ 1,5 million de dollars l'année dernière, soit presque quatre fois le salaire moyen des médecins spécialistes québécois.

Le Dr El-Haddad travaille beaucoup et, parce qu'il travaille en région éloignée, bénéficie d'une prime de 45 % sur ses revenus. Mais cela ne suffit pas à expliquer sa rémunération exceptionnelle.

Selon plusieurs de ses collègues, une bonne part de celle-ci est attribuable au fait qu'il s'efforce de travailler pendant les plages horaires les plus payantes.

Le Dr Michel De Maupeou était anesthésiste à l'hôpital de La Sarre en 2007 quand le Dr El-Haddad est arrivé. Selon lui, la situation dure depuis neuf ans.

« La transition a été radicale, raconte-t-il. À partir du moment où il est arrivé, il y avait beaucoup plus de cas opérés en dehors des heures, surtout le soir après 21 h, quelques fois la nuit, assez régulièrement la fin de semaine. »

Primes de soirs et de nuits

Selon les ententes conclues entre la Fédération des médecins spécialistes du Québec et le ministère de la Santé, le paiement d'un acte médical effectué le soir, la fin de semaine et les jours fériés est majoré de 70 %. La nuit, il est majoré de 150 %.

Dans le cas du Dr El-Haddad, les choses se compliquent un peu parce qu'il bénéficie d'une rémunération mixte. Cela veut dire qu'en plus d'être payé à l'acte, il reçoit un forfait quotidien aussi appelé per diem.

Selon le manuel de facturation des spécialistes, les per diem sont de 704 $. En y ajoutant la prime d'éloignement de 45 %, on parle de 1000 $ par jour. En raison de ce forfait, les actes qu'il effectue durant la journée ne sont pas payés au plein tarif. De quoi faire naître la tentation d'attendre en soirée pour travailler.

« Quand on demande une consultation, il vient rarement dans la journée. C'est tout le temps le soir et on a ses résultats le lendemain, raconte un collègue qui refuse d'être identifié. Jusqu'à récemment on ne le voyait quasiment jamais le jour sur les étages. Des fois, il venait le midi rapidement, mais la majorité du temps c'était après 20 h le soir. »

Travailler le soir, la nuit ou les fins de semaine, c'est payant.

Voici ce que cela peut donner dans le cas d'une ablation de la vésicule biliaire.

En 2015, selon le registre des salles d'opération du Centre hospitalier La Sarre que nous avons obtenu, le quart des ablations de vésicule biliaire (endocholécystectomies) effectuées par le Dr El-Haddad ont été faites après 21 h, la nuit et les week-ends.

Pour ce qui est de l'ensemble des actes facturés par des chirurgiens à La Sarre, les données de la RAMQ démontrent que 54 % ont été faits après 17 h, la nuit, les week-ends et les jours fériés. La moyenne, dans un échantillon d'hôpitaux régionaux que nous avons choisi, est de 16 %.

Une pratique dénoncée

« C'est épouvantable parce que les opérations en heures défavorables, ça coûte cher à l'hôpital, raconte un deuxième collègue médecin qui refuse lui aussi d'être identifié. Les inhalothérapeutes, les infirmières, le personnel de stérilisation, tout le monde est payé en surtemps. Ce qui oblige l'hôpital à couper dans les autres services. »

La pratique du Dr El-Haddad pourrait-elle être justifiée par un engorgement des salles d'opération pendant la journée?

Le registre du bloc opératoire nous a permis de constater que ce n'était pas le cas. Il y a deux salles d'opération à La Sarre et une salle d'endoscopie. Le Dr El-Haddad les partage avec un gynécologue et un chirurgien qui vient d'Amos une fois par mois. En 2015, au total, le Dr El-Haddad a utilisé les trois salles en moyenne durant 3 h 39 par jour, et ce, 245 jours dans l'année.

Comment se fait-il que les patrons du Dr El-Haddad aient toléré cette pratique pendant des années, alors qu'elle a été dénoncée dès le départ par le Dr De Maupeou, un ex-collègue?

Voyant que la situation ne changeait pas, le Dr De Maupeou a choisi de prendre sa retraite prématurément.

Joint au téléphone, l'ex-directeur de l'établissement Paul Fortin a refusé de répondre à nos questions, disant qu'il avait pris sa retraite et qu'il était passé à autre chose.

« Moi, je ne m'embarque pas là-dedans. J'ai quitté le réseau, je suis à la retraite. J'ai décidé que je passais à autre chose », a-t-il dit.

Le nouveau directeur général du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue nous a assuré quant à lui que le Dr El-Haddad était désormais sous surveillance.

« On suit de façon serrée l'activité à l'extérieur des heures d'ouverture, dit-il. Que ce soit pour des consultations ou des chirurgies », explique Jacques Boissonneault.

Nous nous sommes rendus à La Sarre en juin dernier pour rencontrer le Dr El-Haddad. Il a refusé de nous ouvrir sa porte, ne nous a pas rappelés et nous a évités lorsque nous sommes allés l'attendre dans le stationnement de l'hôpital vers 22 h.

L'automne dernier, dans un rapport percutant, la vérificatrice générale sonnait l'alarme et dénonçait la portée trop restreinte des contrôles sur la rémunération des médecins. Un projet de loi est présentement sur la table pour accroître les pouvoirs d'inspection de la Régie de l'assurance maladie du Québec pour repérer les pratiques atypiques ou déviantes qui coûtent cher inutilement aux contribuables.

Reste à savoir si on donnera à l'organisme les fonds et les ressources dont il aura besoin pour avoir les dents plus longues.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine