La famille, les amis, et les collègues de Jean Lapierre ont rendu samedi un dernier hommage au chroniqueur et ex-ministre, ainsi qu'à sa conjointe Nicole Beaulieu, à l'église Saint-Viateur d'Outremont, à Montréal.

La gorge nouée, les enfants de Jean Lapierre ont parlé d'un homme de coeur qui était profondément heureux et courageux. « Il luttait et donnait pour faire une différence », a dit sa fille, Marie-Anne, lors des funérailles. « Papa, nous sommes tellement fiers d'être tes enfants. Le phare s'est éteint, mais sa lumière demeure en nous. »

Son fils, Jean-Michel, a déploré la perte simultanée de sa belle-mère, Nicole Beaulieu, de sa tante, de ses oncles et des deux membres d'équipage qui ont tous péri dans un écrasement d'avion aux Îles-de-la-Madeleine. Les Lapierre se rendaient sur l'archipel pour les funérailles du père de la famille.

Marie-Anne Lapierre a lu un extrait du poème La mort n'est rien, de Charles Péguy, que son père avait choisi pour les funérailles de son propre père et qui se trouvait dans sa valise. « Comme un message pour nous consoler, il nous le laissait, sans le savoir », a indiqué la fille endeuillée.

« Du Lapierre dans Larocque à jamais »

La cérémonie de samedi réunissait des politiciens de toutes formations, comme les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard, les ex-premiers ministres Lucien Bouchard et Paul Martin, les chefs péquiste et caquiste Pierre-Karl Péladeau et François Legault, ainsi que le maire Denis Coderre.

Ceux qui ont côtoyé Jean Lapierre ont profité de l'occasion pour célébrer l'homme qu'il était. Pour l'animateur de radio Paul Arcand, « au-delà d'être un fier Madelinot, un communicateur coloré, un homme politique engagé, [...] Jean avait des valeurs profondes, qu'il défendait bec et ongles, même quand la vague était haute et contre lui ».

« Il y aura toujours du Lapierre dans Larocque », a pour sa part illustré le journaliste Paul Larocque, avec qui Jean Lapierre coanimait l'émission d'actualités politiques Laroque Lapierre, à TVA.

M. Larocque a par ailleurs provoqué l'hilarité générale en encourageant son défunt collègue à poursuivre son travail acharné, même au paradis. 

« Écoute, Jean. Si t'es capable, va serrer des mains, va rencontrer des gens. Fais comme tu faisais d'habitude. Demande-leur pour qui ils pensent voter. Demande-leur pour qui ils ont voté à la dernière. Et si jamais t'en rencontres un en haut, qu'on a fait voté en bas pendant qu'il était en haut, appelle-moi, je te jure qu'on va le sortir à 4 h. »

Hommage au communicateur...

Avant la cérémonie, Paul Arcand a tenu à souligner l'implication de Jean Lapierre dans la défense « de ceux qui ont peu de pouvoir ». « On a beaucoup insisté sur son côté coloré, ses expressions, ses commentaires et son influence, mais peut-être pas assez sur ses valeurs profondes [...] comme la défense des droits et libertés », a-t-il dit, visiblement ému.

L'animateur de radio Paul Houde a insisté sur le dévouement qu'avait Jean Lapierre envers les Îles-de-la-Madeleine, sa région natale. « Amoureux fou, fier, impliqué, il a fondé Madeli-Aide [une Fondation qui promeut la persévérance scolaire], que plusieurs personnes ne connaissent pas », a rappelé Paul Houde. « C'était sa façon de dire : "c'est chez nous, c'est le plus beau pays du monde".  Et il le célébrait avec ses amis chaque fois. Le meilleur ambassadeur de l'archipel. »

« Comme chroniqueur, il s'adressait à M. et Mme Tout le monde dans des mots simples. Il tentait de les intéresser à la chose politique. Je trouve qu'il est irremplaçable. Il n'y a personne comme lui maintenant », a estimé le journaliste Richard Martineau, collègue du réseau LCN.

...et au ministre

À l'extérieur de l'église, le premier ministre du Canada Justin Trudeau a évoqué l'influence de Jean Lapierre. « Pour moi, Jean était un homme de sagesse et de passion en même temps », a-t-il indiqué.

L'ancien premier ministre libéral Paul Martin, qui a convaincu Jean Lapierre de revenir en politique en 2004, s'est souvenu d'un « grand ami » et d'un « grand ministre » qui « a fait des affaires incroyables ». « C'est Jean Lapierre, comme ministre des Transports, qui a ouvert la voie à l'Asie. Il a été l'un des premiers à parler de l'Asie, de l'importance de la Chine », a déclaré M. Martin.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine