Retour

« Un événement destructeur » : la police de Toronto regrette les descentes dans les saunas il y a 35 ans

Le chef de police de Toronto, Mark Saunders, a exprimé mercredi ses regrets plus de trois décennies après les descentes menées par le service policier dans quatre bains publics fréquentés par des homosexuels.

L'annonce a été faite pendant la réception annuelle de la fierté gaie, au quartier général de la police.

Mark Saunders a également affirmé que la police de Toronto a tiré les leçons de ses erreurs. « Il est important de renouveler notre collaboration avec d'autres groupes marginalisés et les minorités sexuelles qui sont toujours discriminées, » a-t-il annoncé.

Des regrets mais pas d'excuses

Certains membres de la communauté LGBT sont toutefois en partie déçus par le discours de Mark Saunders.

Dennis Findlay, le président du Canadian Lesbian and Gay Archives, pense que le chef de la police de Toronto n'est pas allé assez loin.

James Dubro, qui a participé aux manifestations de 1981, reste aussi sur sa faim. « Je m'attendais à de réelles excuses, déplore-t-il. Le chef de police Mark Saunders n'a pas critiqué ce qui a été fait par la police. »

L'avocat et militant gai Douglas Elliott sait à quel point les personnes en position d'autorité peuvent être hésitantes à présenter des excuses officielles.

Dennis Findlay appelle le chef de la police de Toronto a remédier à la situation en publiant un communiqué comportant, selon lui, les deux mots manquants.

Un événement marquant pour Toronto

Près de 300 clients et exploitants de ces saunas avaient été arrêtés de façon violente lors de l'opération policière, le 5 février 1981.

Ces descentes avaient mené à des manifestations monstres et avaient servi de bougie d'allumage au sein de la communauté gaie de Toronto, qui avait célébré son premier rassemblement de la fierté cet été-là.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine