Retour

Un extrémiste sikh invité à un événement avec Justin Trudeau en Inde

Jaspal Atwal, condamné en 1986 au Canada pour avoir tenté d'assassiner un ministre indien sur l'île de Vancouver, avait été invité à une réception à la résidence officielle du Haut-Commissariat du Canada dans le cadre de la tournée de Trudeau en Inde. L'invitation a été annulée après que CBC News eut interpellé, mercredi, le cabinet du premier ministre.

Cette situation est d'autant plus embarrassante pour Justin Trudeau que Jaspal Atwal avait été ajouté sur la liste des invités par un membre de sa propre délégation, le député libéral de Surrey Centre, Randeep Sarai.

Jaspal Atwal, qui a été membre de la Fédération internationale de la jeunesse sikhe, un groupe terroriste interdit au Canada et en Inde, avait été reconnu coupable, avec trois autres individus, d'avoir blessé par balles l'ex-ministre indien Malkiat Singh Sidhu lors d'une embuscade sur l'île de Vancouver.

L'homme a également été reconnu coupable par le passé dans une affaire de fraude automobile et accusé, mais déclaré non coupable, dans le cadre de l'enquête sur l'agression contre Ujjal Dosanjh, un opposant au mouvement séparatiste sikh qui avait été battu à coup de barre de fer en 1985.

M. Dosanjh est plus tard devenu premier ministre de la Colombie-Britannique.

Le député Sarai reconnaît son manque de jugement

Le député Randeep Sarai a convenu par la suite qu'il avait manqué de jugement et s'est ouvertement excusé d'avoir soumis le nom de Jaspal Atwal au Haut-Commissariat pour qu'il soit ajouté à la liste des invités de la réception de jeudi soir.

« J'ai moi seul facilité ses démarches [Jaspal Atwal] pour assister à cet événement, a reconnu Randeep Sarai sur son compte Twitter. Je m'excuse sans réserve pour le rôle que j'ai joué dans cette situation. »

Trudeau marche sur des oeufs

Visiblement embarrassé par cet impair qui a aussitôt fait les manchettes des grands médias et journaux indiens, Justin Trudeau a réagi en expliquant que cet homme n'aurait jamais dû être invité à cet événement et qu'il prend la situation très au sérieux.

Le bureau de Justin Trudeau a pour sa part précisé dans un courriel à CBC que Jaspal Atwal ne fait pas partie de la délégation officielle du premier ministre en Inde et qu'il n'a jamais été invité à y participer.

« Nous vérifions actuellement ce qui s'est passé », a expliqué la porte-parole du cabinet du premier ministre, Eleanore Catenaro.

« Comme c'est le cas pour les voyages internationaux, les individus voyagent parfois seuls jusqu'au lieu de la visite », a précisé Mme Catenaro.

Jaspal Atwal aussi présent lors d'un événement à Mumbai

Selon CBC, Jaspal Atwal n'avait pas seulement été invité à la résidence officielle du Haut-Commissariat du Canada, il a également participé à un événement officiel avec l'industrie du cinéma indien, mardi, à Mumbai.

Il apparaît notamment sur des photos avec l'épouse de Justin Trudeau, Sophie Grégoire, ainsi qu'avec le ministre des Infrastructures Amarjeet Sohi.

Cette situation est particulièrement gênante pour Justin Trudeau, qui a tenté toute la semaine de se faire rassurant au sujet de la position du Canada face au mouvement séparatiste sikh. Le premier ministre a répété à plusieurs reprises que le Canada appuie une Inde unie.

Une réputation à défendre

Mercredi, Justin Trudeau et son ministre de la Défense, Harjit Sajjan, avaient réaffirmé leur rejet de toute forme de violence et d'extrémisme lors d'une rencontre très médiatisée à Amritsar avec le ministre en chef du Pendjab, qui a publiquement soutenu l'an dernier que plusieurs ministres canadiens seraient des sympathisants du mouvement séparatiste sikh.

Selon le Time of India, le ministre en chef du Pendjab, Amarinder Singh, a remis lors de la rencontre une liste au premier ministre Trudeau sur laquelle figure les noms de neuf militants sikhs basés au Canada et soupçonnés d'être impliqués dans le financement et la fourniture d'armes à des groupes séparatistes radicaux sikhs du Pendjab.

Une fin de voyage assombrie

Cet incident fait certes ombrage au programme du premier ministre canadien qui tente depuis une semaine de relancer les relations diplomatiques et commerciales avec l'Inde en projetant une image d'ouverture et de tolérance.

Jeudi, il a d'ailleurs visité l'une des plus grandes mosquées du pays ainsi qu'une église chrétienne avant de participer à une partie de cricket. Le premier ministre a aussi prononcé un discours au Sommet des gens d’affaires Canada-Inde à New Delhi.

Vendredi, le premier ministre canadien doit être officiellement reçu par son homologue indien, Narendra Modi, qui est demeuré très discret sur ce voyage depuis l'arrivée de Justin Trudeau en Inde, samedi dernier.

Avec les informations de Madeleine Blais-Morin

Plus d'articles