Sans son courage et sa débrouillardise, Maxwell Pozzo aurait pu se retrouver orphelin pour la fête des Pères. Cet enfant de huit ans a sauvé la vie de son père qui faisait un accident vasculaire cérébral (AVC), à leur domicile de Calgary.

« J’ai eu vraiment peur », se rappelle Maxwell (Max, de son petit nom) alors qu’il se replonge dans cette histoire qui aurait pu mal finir.

Une fin d’après-midi comme les autres, en février dernier, le jeune garçon est seul chez lui avec Mike, son père. Le fils est en train de jouer sur sa tablette. Le père s'affaire en cuisine pour préparer le dîner. Soudainement ce dernier s’effondre et perd connaissance quelques secondes.

Mike se relève et s’installe sur son canapé pour reprendre ses esprits. Mais « son bras gauche était comme paralysé », raconte Max qui a accouru au secours de son père. L’enfant remarque vite que la moitié du visage de Mike commence à s’affaisser et qu’il avait de la difficulté à parler.

« J’ai réalisé que c’était grave », partage Max qui a immédiatement composé le 911. « Je suis resté calme, mais j’étais tellement effrayé et choqué de comprendre que mon papa était en train de faire un AVC. »

Des réflexes qui sauvent

Si Max a aussi vite réagi, c'est qu'il avait appris à reconnaître les signes d'un AVC lors d'un atelier donné par l'organisme Sautons en coeurs à son école… seulement cinq jours avant l'accident de son père .

Mike Pozzo a pu être transporté à l'hôpital à temps où il a reçu un traitement pour dissoudre le caillot de sang qui s'était formé dans son cerveau.

Un exploit, selon Donna Hastings de la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC. En plus, « le père de Max s'est rétabli en quatre mois à peine, juste à temps pour la fête des Pères », dit-elle un brin incrédule.

Comme Mike Pozzo, 5000 Albertains sont victimes chaque année d'un accident vasculaire cérébral, indique la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC. Pourtant, seules trois personnes sur dix savent en reconnaître les symptômes. Max en fait partie. Grâce à son sang froid, son père, Mike, a pu reprendre son travail de pompier il y a quelques jours.

Plus d'articles