Retour

Un homme qui survit à un arrêt cardiaque d'une heure est qualifié de miraculé

Les médecins le croyaient mort. Mais Mike Pressacco, un Sudburois âgé de 35 ans, a survécu à un arrêt cardiaque d'une heure. Trois semaines plus tard, le personnel médical attribue ce « miracle » à la réanimation cardio-respiratoire (RCR) pratiquée rapidement.

Un texte de Fanny Samson

Il y a trois semaines, Mike Pressacco jouait au hockey avec des amis à l'aréna du centre-ville de Sudbury, en Ontario. Durant le match, il a été victime d'un malaise. Il s'est rendu au vestiaire seul, où il est tombé sans connaissance. Il ne respirait plus lorsque ses coéquipiers l'ont retrouvé quelques minutes plus tard.

Avant que les premiers répondants arrivent, ses amis ont commencé les manœuvres de réanimation. Selon l'un des ambulanciers présents ce jour-là, ce geste rapide lui permet aujourd'hui d'être en vie : « Le fait que la technique de RCR a été faite immédiatement quand il a été retrouvé, c'est très très important, et c'est ça qui lui a donné une bonne chance d'être ici avec nous autres », affirme Justin Bilodeau.

Mike Pressacco a ensuite été transporté à l'Hôpital Horizon Santé-Nord. « Je me souviens de m'être réveillé à l'hôpital et je pensais que j'avais une jambe brisée, mais ils m'ont dit que j'avais eu une crise cardiaque », raconte Mike Pressacco, lors d'une conférence de presse à laquelle tout le personnel médical a assisté, pour partager cette histoire qualifiée de « miracle ».

Une centaine de personnes impliquées

Les autorités estiment qu'une centaine de personnes ont contribué à lui sauver la vie et permis son rétablissement. Ce sont les médecins, les ambulanciers et les gens qui sont intervenus sur place.

Il s'agit d'un cas rare, selon le médecin-chef de l'hôpital Chris Bourdon, puisque le coeur de Mike s'est arrêté pendant plus d'une heure. « On ne voit pas souvent des cas comme ça, d'habitude après 15 minutes, on n'a pas le pouvoir de repartir le coeur », explique-t-il.

Le médecin-chef de l'hôpital ajoute qu'un tel événement rappelle l'importance de connaître la technique de réanimation cardio-respiratoire (RCR).

Depuis 2006, plus de 80 000 personnes ont suivi une formation en réanimation cardio-respiratoire (RCR) en Ontario. Les Services paramédicaux de Sudbury organisent d'ailleurs plusieurs séances de formation gratuites en RCR, en anglais et en français, jusqu'au mois de novembre. « Si le public a la chance de savoir comment bien faire la technique de réanimation, c'est un avantage pour tout le monde », ajoute l'ambulancier, Justin Bilodeau.

Plus d'articles