Retour

Un jeune Canadien qui a planifié des attentats à New York attend sa sentence

Un Canadien qui a reconnu avoir participé à un complot terroriste avec deux complices attend sa sentence aux États-Unis, ont dévoilé les autorités américaines. Les attentats à la bombe et à l'arme à feu planifiés étaient inspirés par les actions du groupe armé État islamique (EI) et visaient des lieux emblématiques de New York, comme le métro, Times Square et certains monuments.

Le département américain de la Justice a indiqué qu'Abdulrahman El Bahnasawy, âgé de 19 ans, est l'une des trois personnes arrêtées au printemps 2016 relativement à un complot allégué.

L'affaire n'a été dévoilée que vendredi, lorsque le dossier a finalement été rendu public.

Originaire de Mississauga, en Ontario, le jeune homme est détenu depuis son arrestation par la police fédérale américaine (FBI) au mois de mai 2016.

Selon un communiqué du département de la Justice, El Bahnasawy a plaidé coupable en octobre 2016 à sept chefs d'accusation relatifs au terrorisme : complot pour utiliser des armes de destruction massive, commettre un acte de terrorisme dépassant les frontières nationales et poser une bombe dans un lieu public et des transports publics. L'Ontarien connaîtra le 12 décembre prochain la peine que lui réserve la justice américaine.

Comme ses deux présumés complices, il pourrait se retrouver à perpétuité derrière les barreaux.

Un Américain et un Philippin, tous deux détenus à l’étranger, ont aussi été accusés dans cette affaire. L’administration américaine compte les faire extrader vers les États-Unis afin qu’ils répondent de leurs actes, indique le communiqué.

« Créer le prochain 11 septembre »

Le jeune Ontarien avait acheté du matériel pour préparer des bombes dans un chalet du New Jersey, non loin de New York.

Dans des messages qu'il a échangés avec ses présumés complices, mais aussi avec un agent infiltré du FBI, El Bahnasawy a déclaré que « ces Américains ont besoin d’une attaque » et qu’il aspirait à « créer le prochain 11 septembre » durant le ramadan.

Au cours des préparatifs, il a envoyé de nombreuses cartes du métro new-yorkais à l’agent qui se faisait passer pour un sympathisant djihadiste. El Bahnasawy y avait identifié les lignes de métro où des explosifs devaient être placés.

El Bahnasawy voulait aussi « mitrailler [une foule] durant des concerts » pour tuer le plus grand nombre de personnes possible. « Nous avons juste besoin d’arriver avec nos armes à feu à la main. C’est comme ça qu’ils ont fait à Paris », a-t-il écrit.

Trouver conseil au Pakistan

Le tout se serait planifié avec l'Américain Talha Haroon, qui aurait rencontré des experts en explosifs au Pakistan, pays où il réside.

Avec les renseignements qu’il obtenait, Haroon aurait conseillé El Bahnasawy dans l’achat de matériel et l’assemblage de bombes.

Il aurait affirmé que le métro new-yorkais constituait une « cible parfaite » où il pourrait tirer sur autant de passagers que possible, y compris « femmes et enfants », comme lors des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016.

L’Américain de 19 ans devait apparemment se rendre à New York tout juste avant de mener les attentats.

Opération financée depuis les Philippines

Quant au Philippin Russel Salic, il aurait transféré de l’argent depuis les Philippines vers les États-Unis pour financer l’opération terroriste.

Afin d’acheter des munitions et du matériel pour les bombes, El Bahnasawy lui aurait notamment conseillé d’envoyer environ 500 dollars américains vers le compte de l’agent infiltré.

Dans des messages qu'a rapportés l’agent, le Philippin de 37 ans aurait soutenu qu’il pouvait transférer les fonds sans éveiller de soupçons.

Russel Salic, qui se serait dit « prêt à tout » pour rejoindre l’EI en Syrie, aurait raconté avoir transféré de l’argent auparavant dans divers pays pour soutenir le groupe armé.

Plus d'articles

Commentaires