L'otage canadien John Ridsdel a été tué aux Philippines par les djihadistes d'Abou Sayyaf, qui avaient exigé en novembre dernier plusieurs millions de dollars en échange de sa libération et de celle de deux autres otages, dont le Canadien Robert Hall. 

Les djihadistes, affiliés au groupe armé État islamique, avaient donné comme date butoir le lundi 25 avril, 15 h. Si le délai n'était pas respecté, ils menaçaient de tuer l'un des trois hommes gardés captifs.

La police philippine affirme avoir retrouvé une tête dans un sac en plastique à Jolo, dans la province de Sulu, cinq heures après l'expiration de la date limite fixée pour le versement d'une rançon.

John Ridsdel, âgé de 68 ans, avait été enlevé en septembre 2015 alors qu'il se trouvait dans la marina appartenant au complexe hôtelier Holiday Oceanview, situé à 975 km au sud-est de la capitale, Manille.

Le Canadien Robert Hall, 50 ans, et sa conjointe Teresita Flor, une Philippine de 40 ans, ainsi qu'un Norvégien de 56 ans, Kjartan Sekkinstad, avaient aussi été kidnappés.

L'armée philippine affirme avoir lancé une opération afin de secourir les otages détenus par le groupe terroriste, qui se trouveraient sur l'île de Jolo dans la province de Sulu. Les islamistes y détiendraient notamment 14 Indonésiens et 4 Malaisiens, des marins kidnappés le mois dernier sur leur bateau-remorque.

M. Ridsdel a été consultant pour la minière TVI Resource Developement Philippines, une filiale de la Canadienne TVI Pacific qu'il a déjà dirigée.

Note au sujet de cette carte de l'archipel des Philippines : le cercle noir représente la province de Sulu, où la police affirme avoir découvert la preuve de l'exécution de John Ridsdel. L'hôtel Holiday Oceanview, où il avait été enlevé, est représenté par le cercle jaune qui se trouve tout à droite.

Ottawa dénonce une « mort inutile »

« Le Canada condamne sans réserve la brutalité des ravisseurs et cette mort inutile », a dit lundi, en conférence de presse, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui se dit « outré » par ce meurtre « commis de sang-froid ».

« L'entière responsabilité » de cette mort revient « au groupe terroriste qui a pris la victime en otage », a-t-il ajouté. 

M. Trudeau a offert ses condoléances aux proches de M. Ridsdel, soulignant la « terrible épreuve » qu'ils viennent de vivre. 

Le premier ministre a terminé en disant ne pas vouloir faire de commentaires qui pourraient « compromettre les efforts en cours », sans ajouter plus de détails. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine