Retour

Un parasite qui rend les abeilles zombies présent au Canada

Des abeilles mellifères près de Nanaimo, sur l'île de Vancouver, sont mortes après avoir été parasitées par le ver de la mouche Apocephalus borealis. Il s'agit du premier cas au Canada répertoriant la présence de cet organisme sur les abeilles productrices de miel.

Le parasite est transmis par une petite mouche, appelée phoridé, qui grimpe sur l'abdomen de l'abeille, la pique avec un organe de ponte et y dépose des œufs qui se transformeront plus tard en asticots. Ces derniers s'alimentent ensuite de l'intérieur de l'abeille jusqu'à ce que mort s'ensuive.

L'asticot, qui est présent de l'Alaska au sud des États-Unis, était connu pour s'en prendre aux guêpes et aux bourdons, selon le professeur de biologie de l'Université d'État de San Francisco, John Hafernik. Toutefois, la découverte de sa présence sur des abeilles est assez récente et remonte à la dernière décennie.

Une apicultrice de C.-B. repère le parasite

L'apicultrice, Sarah Wallbank, a découvert la présence du parasite sur ses abeilles. Elle raconte avoir installé une ruche sur sa terrasse en avril dernier, mais remarqué en juillet le comportement étrange des insectes. Les abeilles sortaient la nuit, au moment où elles dorment généralement dans leur ruche, et se cognaient de manière répétitive sur la lumière à l'extérieur de la maison. « Ces abeilles étaient tellement frénétiques. C'était comme si quelqu'un tapait ses doigts de manière stressée sur un bureau. Tap, tap, tap, tap, tap », explique-t-elle. Elle ajoute que les abeilles sont finalement tombées au sol et sont mortes plus tard. 

L'insulaire a par la suite effectué une recherche sur Internet et est tombée sur le site ZomBee Watch, qui donne notamment de l'information pour identifier les abeilles infectées et auquel participe John Hafernik de l'Université d'État de San Francisco.

Selon les recommandations données sur le site, Mme Wallbank a amassé les abeilles mortes, pris une série de photos de celles-ci et les a soumises en ligne. Un peu plus tard, elle a reçu la confirmation selon laquelle les abeilles étaient infectées.

Elle dit être contente d'avoir pu aider les scientifiques à retracer des abeilles touchées au Canada. « Mais c'est décevant de constater qu'il y a un autre prédateur qui s'en prend aux abeilles », avance-t-elle aussi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine