Retour

Un pédophile reconnaît avoir attiré des fillettes avec des bonbons

Le cliché de l'inconnu qui se sert de sucreries pour gagner la confiance d'enfants s'est malheureusement concrétisé à Montréal. Un homme de 58 ans a plaidé coupable pour agression sexuelle et séquestration de deux fillettes, mardi au palais de justice.

Un texte de Geneviève Garon

« Le cas classique des bonbons, c'est rarississme. C'est un cliché qu'on ne voit pas dans la vraie vie », affirme la procureure aux poursuites criminelles et pénales Roxane Laporte. Selon celle qui est spécialisée dans les affaires de pédophilie, les agresseurs sont rarement des étrangers. « Normalement ça se passe en milieu familial », explique Me Laporte.

Gerardo Segovia est donc une exception à la règle.

Le 28 mai dernier, deux amies de 9 et 10 ans jouent près d'un dépanneur de la rue d'Amiens, dans le quartier Montréal-Nord. Un inconnu, Gerardo Segovia, les approche et leur offre deux dollars pour qu'elles s'achètent des « popsicles ». Les enfants entrent dans le dépanneur, ressortent avec leurs achats et l'homme leur remet cette fois cinq dollars pour qu'elles se procurent des bonbons.

M. Segovia prend ensuite les deux fillettes par la main et les guide à son appartement. Une fois à l'intérieur, il touche la poitrine de l'enfant de 10 ans, par-dessus ses vêtements. Les deux amies ont peur, elles réussisent à déverouiller la porte d'entrée et à s'enfuir de l'appartement.

« Ouin, pis? »

Aussitôt alertée, la mère d'une victime appelle la police. Elle se rend ensuite au dépanneur pour confronter l'agresseur, qui s'y trouve à nouveau.

« Tu as touché les seins de ma fille? », demande-t-elle à Gerardo Segovia.

« Ouin, pis? » répond-il.

Une fois emmené au poste de police, M. Segovia reconnaît les faits. Au début du mois de juin, le Service de police de la Ville de Montréal avait envoyé un communiqué puisqu'il craignait que l'agresseur ait fait d'autres victimes. Mais aucun autre signalement n'a été fait.

Il plaide coupable

Alors que son procès devait commencer mardi, Gerardo Segovia a plaidé coupable lundi pour avoir séquestré les deux enfants et agressé sexuellement l'une d'elle.

Des rapports pré-sentenciel et sexologique seront produits d'ici aux observations sur la peine pour comprendre ce qui a mené le quinquagénaire sans antécédents judiciaires à passer à l'acte.

Gerardo Segovia sera de retour en cour le 6 juin. Il est représenté par Me Hussein Hassan de l'aide juridique.

Plus d'articles