Retour

Un pilier des Jeux de l'Acadie, Louis-René Comeau, n'est plus

Le monde du sport en Acadie est en deuil. Un pilier des Jeux de l'Acadie, Louis-René Comeau, de Richibucto, au Nouveau-Brunswick, s'est éteint. Il avait 64 ans.

Monsieur Comeau a participé activement au développement du volleyball dans la région de Kent. Son nom est d'ailleurs indissociable du développement du sport dans cette région du Nouveau-Brunswick.

Il a influencé plusieurs générations d'athlètes et de bénévoles.

« C'est un des grands éducateurs en Acadie, pour la jeunesse acadienne et francophone. Pour lui, la francophonie passait par le sport. C'est là qu'on faisait la promotion de la langue et la culture », explique le directeur général de l'Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick, Jean-Luc Bélanger, qui le connaissait depuis plusieurs années.

Une passion : le volleyball

Originaire de Tracadie, M. Comeau s'est installé à Richibucto dans les années 1970. Il y enseignait l'éducation physique. C'est aussi l'époque où il pose les premiers jalons de sa passion, le volleyball.

Il était des premiers Jeux de l'Acadie, en 1979. Il y est homme à tout faire: entraîneur, arbitre, chef de mission, organisateur. Il devient l'un des moteurs du développement de ce mouvement qui regroupe la jeunesse acadienne.

Et il est fier du rôle qu'il a pu jouer, disait-il lors d'une entrevue en 1984. « Les athlètes sont beaucoup mieux préparés, on voit qu'ils ont été suivis. »

Toute une génération d'athlètes s'est épanouie sous sa gouverne. Ses joueuses se placent au sein des équipes provinciales. Il aide aussi les entraîneurs, comme Monette Boudreau-Carroll.

« Ce qu'il a su faire, c'est de créer un engagement dans la communauté, avec les parents et dans les écoles. Il a su développer le sport. Il s'assurait qu'il y aurait de la relève et le volleyball dans la région est encore fort parce qu'il y a eu un passionné comme Louis-René Comeau », explique son ami de longue date, Paul Demers.

Ses équipes de volleyball sont redoutables et redoutées dans la province et dans l'est du pays. Louis-René Comeau participe aussi au développement d'autres sports, comme l'athlétisme.

Homme de défis

Il n'a pas peur des défis. De 2006 à 2008, il fait le chemin de Compostelle, en Espagne, pour renouer avec sa spiritualité. Il s'est confié à ce sujet à l'émission Luc et Luc, à Ici Radio-Canada.

Aux Jeux de l'Acadie de juin 2013, Louis-René Comeau regarde fièrement les jeunes de Kent, après plus de 40 ans de bénévolat. L'équipe de volleyball est dirigée par une de ses anciennes joueuses, Marsha Hébert. « Je l'ai entraînée comme joueuse au niveau secondaire, elle s'est rendue aux Jeux du Canada, elle a très bien fait! »

Homme de grandes ambitions, Louis-René Comeau avait toujours rêvé de gravir le mont Everest. Un rêve qu'il n'a pu accomplir, mais qui symbolise bien l'homme, qui a poussé toute sa vie durant les jeunes athlètes à atteindre de nouveaux sommets.

D'après un reportage de François LeBlanc

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine