Une famille d'origine burundaise célèbre son premier Noël au Canada. À Saskatoon, père, mère et fils feront un Noël à la canadienne, tout en se remémorant les Noëls de leur pays d'origine.

Selon un reportage de Marc-Antoine Bélanger

Fulgence Ndagijimana, qui a immigré au Canada il y a seulement 10 mois, explique que l'aspect commercial est peu présent pendant cette période de l'année au Burundi.

« Le Noël qui se passe au Burundi, je le trouve très sobre, dit-il, il n'est pas caractérisé par beaucoup de cadeaux, par beaucoup de nourriture. »

Dans le salon familial trône un sapin de Noël bien illuminé. Fulgence Ndagijimana croit que les Canadiens portent plus d'importance aux lumières de Noël puisque les journées sont courtes, alors que le jour et la nuit sont à peu près de même durée au Burundi.

Dans son pays, dit-il, Noël est demeuré principalement une fête religieuse.

Le Burundi est un pays très catholique, majoritairement catholique. Donc Noël, c'est les chansons, Noël, c'est les célébrations en famille.

Fulgence Ndagijimana

À son avis, les célébrations burundaises sont plus communautaires. Voisins, amis et famille prennent part aux festivités.

On consomme aussi de la viande, l'une des rares fois de l'année. « En famille, ils peuvent manger une chèvre. Les gens ne vont pas tuer une chèvre pour une petite famille. Ils vont attendre qu'il y ait une grande occasion. »

Cette année, Fulgence Ndagijimana célébrera Noël en compagnie de sa femme, Thérèse Bizimana, et de son fils venus le rejoindre à Saskatoon en octobre dernier.

« Maintenant, on est à trois », se réjouit Thérèse Bizamana. « Ça, ça me fait très bien. Je suis très contente de ça. »

C'est un baume pour les membres de la famille, qui ont été séparés pendant deux ans après que Fulgence eut fui son pays d'origine.

Même s'il est attristé par la situation politique du Burundi, il voit venir la prochaine année avec confiance, en famille, dans sa terre d’accueil.

Plus d'articles

Commentaires