Retour

Un ressortissant canadien responsable d'un attentat au Bangladesh abattu

Les autorités du Bangladesh ont abattu trois djihadistes, parmi lesquels se trouve un Canadien soupçonné d'avoir orchestré une prise d'otages qui a fait 20 morts dans un café de Dacca, la capitale, en juillet dernier.

Tamim Chowdhury, qui possède la double nationalité canadienne et bangladaise, était recherché depuis l'attaque de Dacca. La police avait offert une récompense de 25 000 dollars pour toute information permettant de le retrouver.

Il a été tué samedi, comme deux de ses acolytes, lors d'une opération à Narayanganj, au sud de la capitale. Les trois hommes étaient soupçonnés d'appartenir au groupe armé Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB), une organisation interdite qui milite pour l'instauration d'un état islamique dans le pays.

Si l'attaque de Dacca a été revendiquée par le groupe armé État islamique, les autorités bangladaises persistent à nier l'existence et l'implication de toute organisation terroriste étrangère sur leur territoire. Elles soutiennent que l'attaque a été menée par le JMB, dont Chowdhury était supposément le chef.

Une prise d'otage sanglante

La police soutient que Tamin Chowdhury était le cerveau derrière la prise d'otage sanglante qui a fait 20 morts au début du mois de juillet.

La plupart des victimes, majoritairement des ressortissants italiens et japonais, avaient été massacrées à la machette par le commando de sept hommes qui avait fait irruption dans un restaurant huppé du quartier diplomatique de Gulshan, dans la capitale.

Il aura fallu attendre près de douze heures pour que la police parvienne à mettre fin à la prise d'otage. Six djihadistes ont été tués au cours de l'opération policière, qui a été particulièrement violente.

Une opération de nettoyage

Le ministre de l'Intérieur du Bangladesh, Asaduzzaman Khan a souligné le travail des policiers qui ont mis la main sur Tamim Chowdhury.

« Le chapitre Tamim Chowdhury est clos », a-t-il déclaré. Le ministre Khan a ajouté qu'il ne restait que « très peu d'autres extrémistes (liés à l'attentat de Dacca) dont l'arrestation était imminente ».

Depuis l'attaque de Dacca, les forces de sécurité ont tué au moins 24 extrémistes dans une série de raids. Au cours des derniers mois, plusieurs attaques ont été perpétrées contre les minorités religieuses du pays et ont conduit à l'arrestation de plus de 11 000 personnes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine