Retour

Un séisme fait au moins 138 morts au Mexique

Le Mexique a tremblé violemment pour la deuxième fois en deux semaines. Un fort séisme de magnitude 7,1 a ébranlé le sud de Mexico, à 13 h 14 heure locale, selon l'Institut géologique américain. Le bilan provisoire fait état d'au moins 138 morts.

L'État de Morelos, dans le centre du pays, paye le plus lourd tribut avec au moins 64 morts, la ville de Mexico compte au moins 36 morts, l'État de Puebla, où était situé l'épicentre, dénombre quelque 29 morts, et l'État de Mexico (hors de la ville de Mexico, 9 morts.

Les alarmes sismiques n’ont pas fonctionné cette fois-ci, alors qu’elles avaient retenti il y a deux semaines, lors du précédent tremblement de terre qui avait surtout touché Oaxaca et le Chiapas.

Ajoutant à la confusion, deux heures plus tôt, les sirènes avaient retenti à Mexico, donnant le signal de la simulation annuelle que connaissent les citoyens depuis le 19 septembre 1985, date qui a marqué les esprits puisqu'un tremblement de terre destructeur de magnitude de 8,1 avait tué plus de 10 000 personnes. Après cette tragédie, les autorités mexicaines ont renforcé les réglementations pour la construction et développé ce système d'alerte à l'aide de capteurs situés sur les côtes.

Le séisme de mardi, dont l'épicentre était situé à 120 km au sud-est de la capitale, dans l'État de Puebla, et la profondeur à 51 km, était beaucoup trop proche de la capitale mexicaine, si bien que lorsque l'alarme s'est mise à sonner, la terre tremblait déjà, a témoigné sur les ondes d'ICI RDI une journaliste indépendante vivant à Mexico, Émilie Barraza.

Dans la capitale, des milliers de personnes sont descendues précipitamment dans les rues, d'autres n'en ont pas eu le temps.

Des images diffusées par la télévision mexicaine ont montré de nombreux bâtiments effondrés dans des secteurs très densément peuplés de cette mégapole de 20 millions d'habitants.

Au moins 44 bâtiments ont été endommagés à Mexico, selon le maire Miguel Angel Mancera, qui a aussi indiqué que plusieurs édifices avaient pris feu et que des personnes étaient prises au piège à l’intérieur. De 50 à 60 personnes ont pour l'instant été retrouvées vivantes dans les ruines de ces édifices. Le maire Mancera a déclaré l’état d’urgence et le conseil municipal a tenu une réunion d'urgence.

Malgré le durcissement des normes en matière de construction, Mme Barraza souligne que les bâtiments qui n'ont pas résisté au séisme ne sont pas tous de vieilles constructions, les entrepreneurs ne respectant pas forcément la réglementation.

Pendant le séisme, des centaines de personnes ont fui les édifices dans la panique et se sont massées sur la grande place autour du monument de l'Indépendance, sur l'avenue Reforma.

La circulation automobile a été interrompue, alors que la foule de travailleurs cherchant à fuir bloquait les rues. Des nuages de poussière s'élevaient à mesure que des morceaux de façades s'écroulaient des bâtiments.

« Ne fumez pas! Ne fumez pas! » ont averti des secouristes, car ils craignaient des ruptures de conduites de gaz. Les forces de l'ordre tentaient, elles, dans un premier temps de placer des cordons de sécurité parmi ce chaos.

Les secours se sont organisés rapidement, pompiers, sauveteurs, policiers, soldats et bénévoles ont formé des chaînes humaines pour retirer les débris et tenter d'extraire des décombres des survivants.

Le volcan Popocatepetl, à 70 kilomètres au sud-est de Mexico, est entré en éruption au moment du séisme. Dans le village d'Atzitzihuacan, sur les versants du volcan, 15 personnes ont été tuées dans l'effondrement d'une église, pendant la messe, a annoncé le gouverneur de l'État de Puebla, Jose Antonio Gali.

Le président interrompt une visite auprès de sinistrés

Le président Enrique Pena Nieto, qui était en déplacement à Oaxaca pour rendre visite aux sinistrés du précédent tremblement de terre, a annoncé sur son compte Twitter son retour immédiat à Mexico afin de s’occuper de la situation après le séisme. Il a convoqué le comité national d'urgence et a ordonné l'évacuation des hôpitaux qui ont subi des dommages et le déménagement des patients vers d'autres centres hospitaliers. Le président a encore annoncé le déploiement de 3000 militaires dans la capitale.

L'aéroport international de Mexico, qui avait suspendu ses activités pour inspecter ses infrastructures, a repris peu à peu du service.

Google a annoncé avoir activé son système de localisation de personnes.

Le directeur de la protection civile, Gustavo Salvatori, a recommandé aux gens, sur les ondes d'Azteca noticias, de ne pas rester dans les rues et de regagner leur domicile, sauf si la structure avait été endommagée, ou de se rendre dans le refuge qui a été mis en place. Les autorités s’attendent à des répliques du séisme.

La Bourse de Mexico a été suspendue mardi.

« Je suis bouleversée, je n'arrive pas à m'arrêter de pleurer, c'est le même cauchemar qu'en 1985 », a déclaré à l'AFP Georgina Sanchez, 52 ans, en pleurs sur une place de Mexico.

Le bilan provisoire du tremblement de terre de mardi est le plus meurtrier depuis celui survenu il y a 32 ans, jour pour jour.

Le Mexique se relève à peine d’un séisme, qui a causé la mort de 96 personnes le 7 septembre dernier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine