Retour

Un vaccin contre l'Ebola efficace à 100 % pendant 10 jours

Nouvel espoir dans la lutte contre l'Ebola : un vaccin expérimental contre le virus s'est avéré efficace à 100 % au cours des 10 jours suivant son administration chez des personnes non infectées, mais qui avaient été en contact avec des malades, révèle une étude publiée dans The Lancet.

L'essai clinique du vaccin VSV-ZEBOV, dont les résultats sont publiés vendredi dans la revue médicale britannique, a été réalisé sur 7651 personnes ayant eu des contacts avec des patients infectés en Guinée, où la plus récente épidémie s'est déclenchée, en décembre 2013 :

  • 4123 personnes sélectionnées par tirage au sort ont reçu le vaccin immédiatement; aucune n'a contracté la maladie dans les 10 jours suivant l'inoculation;
  • 3528 autres ont reçu le vaccin 21 jours plus tard; 16 ont présenté des symptômes. 

« Un vaccin contre le virus Ebola est à portée de main à l'échelle mondiale », a commenté l'Organisation mondiale de la santé (OMS), évoquant une « avancée très prometteuse ».

« C'est une grande nouvelle et l'événement médical le plus prometteur jusqu'à présent dans la lutte en cours pour stopper l'Ebola », a commenté le virologiste britannique Benjamin Neumann.

« Si les résultats sont confirmés, ce nouveau vaccin pourrait être le remède miracle contre Ebola, et contribuer à stopper l'épidémie actuelle et à enrayer des épidémies de ce type à l'avenir », a souligné le ministre norvégien des Affaires étrangères, Borge Brende.

Dre Joanne Liu, présidente de Médecin sans frontières (MSF) international, a parlé pour sa part sur sa page Facebook d'une « première lueur d'espoir ». Il faudra toutefois, dit-elle « plus de recherche et d'analyse » pour déterminer comment et combien de temps le vaccin offre cette protection.

L'OMS précise que même si le vaccin semble être efficace chez tous les sujets vaccinés, « il faudra disposer de données plus concluantes pour savoir si le vaccin peut conférer une "immunité collective" à des populations entières. » L'essai va donc se poursuivre chez des adolescents de 13 à 17 ans, puis chez d'autres, âgés de 6 à 12 ans.

Le vaccin VSV-ZEBOV a été en partie développé par l'Agence de la santé publique du Canada au Laboratoire national de microbiologie, et la licence a été déposée par les laboratoires américains Merck et NewLink Genetics Corps.

L'essai clinique a été réalisé grâce à une importante coopération internationale comprenant l'OMS et des experts de nombreux pays. C'est grâce à cette collaboration que le vaccin a pu être testé sur le terrain en moins d'un an, alors qu'il en faut généralement une dizaine d'années pour parvenir à ce stade de développement.

Selon Merck, il n'est toutefois pas prévu de vacciner tout le monde de manière préventive, comme c'est le cas pour la poliomyélite ou la rougeole. Le laboratoire affirme toutefois qu'une fois les autorisations de mise sur le marché obtenues, il devrait produire et stocker assez de doses de vaccins en vue des prochaines flambées d'Ebola.

Le ChAd3, un second vaccin développé par la firme britannique GlaxoSmithKline avec l'Institut américain des allergies et des maladies infectieuses, est également testé depuis février au Liberia.

Plus d'articles

Commentaires