Retour

Une agence fédérale examine l'enquête de la GRC sur la mort de Colten Boushie

La Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC (CCETP) a déposé une plainte et lancé une enquête d'intérêt public au sujet du travail mené par la Gendarmerie royale du Canada après la mort par balle de Colten Boushie.

Un texte d'Omayra Issa

Originaire de la Première Nation de Red Pheasant, en Saskatchewan, Colten Boushie a été abattu sur la ferme de Gerald Stanley. Le 9 février, un jury a proclamé le fermier Gerald Stanley non coupable du meurtre au deuxième degré de l'homme de 22 ans.

« Dans le cadre de notre examen et du suivi continu des événements liés à cet incident tragique, il s'est avéré qu'il y a lieu d'examiner d'autres questions relatives à la conduite des membres de la GRC intervenus dans cette affaire », a déclaré Guy Bujold, le président par intérim de la CCETP, par voie de communiqué. « Par conséquent, je suis convaincu qu'il est dans l'intérêt public d'entreprendre une enquête indépendante sur la question. »

Plainte de la famille

La Commission examinera une plainte déposée par la famille Boushie sur la manière dont elle a été traitée par la GRC la nuit de la mort de Colten Bushie.

Debbie Baptiste, la mère de Colten Boushie, a raconté que des agents lui avaient demandé si elle était sous l'influence de l'alcool, ont senti son haleine, mais surtout, ont fouillé sa résidence sans mandat. L'oncle de Colten, Alvin Baptiste, soutient que les policiers ont manqué de dignité envers sa soeur, au moment où elle venait d'apprendre la mort de son fils.

La GRC avait conclu que le travail de ses agents, le soir de la mort de Colten Boushie, en août 2016, en Saskatchewan, était irréprochable.

L’agence fédérale mènera une enquête indépendante sur la conduite des agents qui sont intervenus, afin de déterminer s'ils ont agi conformément à la formation, aux politiques et aux procédures de la GRC.

La GRC s'engage à collaborer

De son côté, la GRC affirme qu'elle accueille favorablement l'enquête d’intérêt public sur l’enquête criminelle menée par la GRC concernant la mort de Colten Boushie et la suite des évènements.

« La GRC appuie ce processus indépendant d’examen civil et s’engage à collaborer entièrement à cette enquête, indique-t-elle par voie de communiqué. Nous avons hâte que ce processus clarifie les incertitudes et les questions relatives à notre rôle dans cette affaire. »

Elle souligne qu'il est essentiel de maintenir des liens de confiance avec le public.

Soulagement chez la famille

La cousine de Colten Boushie, Jade Tootoosis, salue la décision de la Commission. Selon elle, il s’agit d’une action concrète qui va au-delà des mots et des promesses.

« Nous allons finalement être entendus. Il y a une chance d’avoir une justice pour Colten. Nous espérons pouvoir guérir et avancer », souligne l’oncle de Colten Boushie, Alvin Baptiste.

La famille espère que l'enquête de la Commission débouchera sur des changements dans les politiques et les pratiques de la GRC.

Soupçons de racisme

L'avocat de la famille Boushie, Chris Murphy, s’est dit satisfait de l'annonce de l'enquête. Selon M. Murphy, Jade Tootoosis, la cousine de Colten Boushie, aurait fondu en larmes en apprenant la nouvelle.

« J’applaudis la décision de la Commission. Je m’attends à ce que la GRC coopère entièrement à l’enquête. J’ai hâte de voir les résultats », a-t-il indiqué.

Chris Murphy affirme que le racisme a joué un rôle important dans la manière dont la GRC a mené son enquête sur la mort de Colten Boushie et dans la manière dont elle a traité Debbie Baptiste.

La CCETP examinera la conduite des agents de la GRC dans cette affaire pour savoir si les agents ont notamment fait preuve de discrimination envers la famille.

Son rapport pourrait contenir des recommandations en ce qui a trait à d'éventuels torts ou lacunes soulignés au terme de l'enquête indépendante.

Chris Murphy s'attend à une « enquête majeure qui prendra du temps ». L'avocat espère que l'enquête indépendante permettra d'améliorer les relations entre les agents de la GRC et les Autochtones au Canada.

La vice-chef de la Fédération des ​n​ations ​a​utochtones souveraines en Saskatchewan, Kimberly Jonathan, espère que les recomm​a​ndations de l'enquê​te permettr​ont​ de réduire les discriminations dont sont victimes​ les ​Autochtones.

L’acquittement de Gerald Stanley avait soulevé un tollé dans le pays. Des Autochtones des quatre coins du Canada avaient rejeté la décision du jury.

Plus d'articles