Retour

Une application pour aider à retrouver les enfants disparus

La disparition d'un enfant est sans doute le pire cauchemar d'un parent. Dans un cas pareil, le temps compte. Le Réseau Enfants-Retour a dévoilé, vendredi, une nouvelle application pour téléphones intelligents pour garder à jour les informations sur son enfant et les transmettre rapidement aux autorités en cas de besoin.

Un texte de Michel Marsolais

« Chaque minute compte », rappelle le commandant au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Patrick Lavallée.

« Avec le lancement d’une application comme ça, poursuit-il, pour nous, c’est extraordinaire parce que ça va nous permettre de gagner du temps pour avoir l’information dont on a besoin pour lancer les recherches. »

Un temps de réaction plus rapide permet de limiter le territoire de recherche de façon plus précise tout en augmentant les chances de retrouver l’enfant. C'est dans cette perspective qu'a été pensée l’application Sign4l, gratuite et disponible dès maintenant.

Les parents sont invités à l'utiliser en choisissant une photo récente de leur enfant. Le chiffre 4 dans le nom de l'application fait référence aux quatre étapes urgentes à suivre lors d'une disparition.

Un profil numérique de l’enfant peut être instantanément transmis aux policiers en cas de disparition.

« Les spécialistes pour retrouver les enfants, ce sont les patrouilleurs du poste de quartier parce qu’ils connaissent la clientèle, ils connaissent le secteur, les endroits où les enfants se tiennent », ajoute le commandant Lavallée.

Journée nationale des enfants disparus

Chaque année, environ 7000 jeunes disparaissent au Québec.

La grande majorité de ces cas sont des fugues qui ne dureront que quelques jours.

« L’immense majorité [des enfants] sont retrouvés », assure le commandant du SPVM Patrick Lavallée, même si certains cas demeurent non résolus.

En 2017, on a recensé 27 enlèvements parentaux et 9 par un étranger.

Beaucoup de disparitions demeurent inexpliquées, comme celle du jeune Ariel Kouakou qui a mobilisé beaucoup de citoyens à Montréal.

C’est un cas qui a particulièrement touché les enfants de la garderie de l’école Pierre Elliott Trudeau, qui ont pris part à une marche, vendredi après-midi, dans le cadre de la Journée nationale des enfants disparus.

Cette journée a été décrétée en 1986 par le gouvernement canadien.

Plus d'articles