Un mouvement de foule dans une salle des fêtes de Caracas, au Venezuela, a provoqué la mort de 17 personnes, dont huit mineurs, dans la nuit de samedi.

Une bagarre a éclaté aux premières heures du matin. Une personne a lancé une grenade lacrymogène, ce qui a entraîné une bousculade, a annoncé le ministre vénézuélien de l'Intérieur et de la Justice, Nestor Reverol.

Au total, 500 personnes se trouvaient dans cette salle, a précisé le ministre au cours d'une intervention télévisée.

Toujours selon M. Reverol, huit des victimes et cinq des blessés sont mineurs.

Les victimes sont mortes par asphyxie et à cause de traumatismes multiples, ont précisé les autorités.

Le drame s'est produit lors d'une fête organisée pour célébrer la remise de diplômes d'élèves du secondaire dans le quartier de classe moyenne d'El Paraiso.

Huit arrestations ont été effectuées. Deux des personnes arrêtées sont mineures; elles sont soupçonnées d'avoir lancé la grenade lacrymogène.

Le responsable de l'établissement a également été arrêté pour ne pas avoir respecté « les mesures qui doivent être mises en place [...] pour éviter l'entrée d'armes à feu et de munitions » dans les lieux publics, a ajouté Nestor Reverol.

Questions sans réponses

De l'avis de Jesus Armas, un conseiller municipal de l'opposition, le ministre Reverol doit expliquer de quelle façon un civil a pu mettre la main sur une grenade lacrymogène, un équipement qui ne devrait être employé que par les forces de sécurité étatiques.

M. Armas a également pressé le gouvernement d'enquêter pour déterminer si le propriétaire de la salle possédait le permis nécessaire pour accueillir autant de gens.

« L'espace n'est pas si grand, et cela ne devrait pas être autorisé », a-t-il dit.

Selon lui, d'autres incidents ont déjà eu lieu à cet endroit, fréquemment utilisé par la communauté équatorienne pour des fêtes et des rassemblements politiques.

Plus d'articles

Vidéo du jour


9 choses à savoir sur Meghan Markle