Retour

Une cérémonie à Vancouver en mémoire de la famille Kurdi

Plus de 200 personnes se sont rassemblées samedi dans une salle de théâtre de Vancouver pour participer à une cérémonie à la mémoire des membres de la famille Kurdi, ces migrants syriens morts noyés cette semaine en Turquie.

Les proches de la famille Kurdi et plusieurs autres curieux se sont réunis dans la salle remplie de ballons blancs, de roses et de photos du petit Alan, âgé de trois ans, de son frère Ghalib, cinq ans, et de leur mère, Rehanna.

La tante des jeunes garçons, Tima Kurdi, qui habite Coquitlam, en Colombie-Britannique, enlaçait les membres de sa famille qui prenaient part à l'événement pendant qu'un diaporama présentant les photos des défunts était projeté sur le mur principal de la salle.

Après la cérémonie, la famille a relâché des ballons dans les airs en hommage aux trois victimes.

Lorsqu'elle a appelé son frère Abdullah, le père des deux enfants, elle se souvient lui avoir dit qu'elle était « désolée » et que « c'était (sa) faute ». Mme Kurdi se sent responsable de leur mort parce que c'est elle qui a prêté 5000 $ à son frère pour qu'il paie les passeurs du bateau qui a fini par chavirer sur son trajet entre la Turquie et la Grèce.

Il lui a répondu de ne pas s'en vouloir, ajoutant que ses fils « s'étaient noyés et s'étaient sacrifiés pour réveiller le monde ».

Mme Kurdi a ajouté qu'elle s'inquiétait beaucoup pour son frère, qui est maintenant seul à Kobané, en Syrie, où il dort au sol, près des tombes de sa femme et de ses enfants.

Elle a fondu en larmes lorsqu'elle a parlé de ses neveux qui n'avaient jamais connu une belle vie à cause de la guerre civile en Syrie. « Je n'ai plus rien à dire », a-t-elle conclu en quittant la scène.

Son fils Alan Kerim a dit à la foule que la crise des réfugiés n'était pas nouvelle, mais que ses cousins avaient été « choisis » pour ouvrir les yeux du monde.

Il n'a jamais rencontré son jeune cousin qui portait le même nom que lui, mais ses proches l'ont décrit comme un petit garçon joyeux malgré l'horreur qui l'entourait.

La députée néo-démocrate Fin Donnelly et sa collègue conservatrice Kerry-Lynne Findlay étaient présentes à la cérémonie.

Tima Kurdi a affirmé vendredi qu'elle tenterait éventuellement de ramener son frère auprès d'elle au Canada. Elle avait déjà présenté une demande de parrainage pour son autre frère, Mohammad, mais le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration du Canada avait exigé d'autres documents, a-t-elle indiqué, plus tôt cette semaine.

Mme Kurdi a expliqué que ce voyage en bateau était le « dernier recours » pour que sa famille fuie les horreurs de la guerre civile, possiblement vers l'Allemagne ou la Suède. Un membre de la belle-famille d'Abdullah Kurdi avait été décapité par les combattants du groupe armé État islamique.

Une collecte de fonds a récemment été lancée en ligne pour aider la famille Kurdi.

Plus d'articles

Commentaires