Retour

Une direction d'école accusée d'avoir aidé des élèves à tricher aux tests provinciaux

Une ancienne directrice d'école francophone, son directeur adjoint et deux enseignants font face à des sanctions de l'Ordre des enseignants de l'Ontario, parce qu'ils auraient aidé des élèves à tricher au test de l'Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE).

Un texte d'Eve Caron et d'Annie Poulin   

Le comité d'enquête de l'Ordre allègue qu'en 2011 le directeur adjoint de l'école secondaire catholique Père-René-de-Galinée à Cambridge aurait dit à un groupe d'élèves qu'ils n'étaient pas assez bons pour faire le test.

Frésias Maleka, une de ces élèves, raconte qu'elle s'est inscrite dans une école anglaise après cet épisode. « J'avais 15 ans. C'était horrible. Ma confiance en moi est partie. Je n'en avais plus du tout. »

La direction aurait aussi permis à des élèves de corriger leur copie du Test provincial de compétences linguistiques après la période d'examen.

Durant l'épreuve de français, ces élèves auraient également eu la permission de se faire expliquer les questions en anglais par les enseignants.

Résultat du test: 96 % des élèves admis qui ont passé l'épreuve l'ont réussi. L'école s'est classée bien au-dessus de la moyenne provinciale de 86 %.

Des élèves pas à la hauteur

Radio-Canada a retracé trois jeunes qui disent avoir été exclus de l'examen à la dernière minute parce qu'ils avaient des lacunes.

« Je pense qu'ils avaient peur qu'on ruine leurs chances d'être un "top school" », croit Frésias Maleka.

Les statistiques de l'OQRE indiquent que 26 % des élèves de l'école admissibles au test n'ont pas fait l'examen cette année-là. À l'échelle de la province, ce sont 6 % des élèves admissibles qui ne l'ont pas fait.

La course aux bonnes notes

Des parents révoltés racontent s'être plaints après avoir appris que leur adolescent n'avait pu rédiger ce test, pourtant nécessaire à l'obtention du diplôme d'études secondaires.

Vivre en français dans la région de Kitchener-Waterloo n'est pas facile, admet Nicole Palimaka, qui était vice-présidente du conseil des parents en 2011. « Ça ne veut pas dire qu'on a le droit de faire tout ce qu'on veut pour [améliorer] les notes, s'indigne-t-elle. Faut dire la vérité. »

Enquête en cours

Le Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud (CSDCCS) a refusé de commenter l'affaire en soulignant que les allégations sont présentement devant le comité de discipline de l'Ordre des enseignants. L'ancienne directrice de l'école, Carole Wilson, et son ancien directeur adjoint, Marc Lamoureux, ont également refusé de répondre à nos questions.

Pour sa part, l'OQRE confirme avoir reçu des plaintes relativement aux élèves qui n'ont pas pu faire leur examen. L'Office dit avoir fermé le dossier après avoir reçu les conclusions d'une enquête menée par le conseil scolaire.

L'année suivante, la directrice, Carole Wilson, a quitté l'école pour devenir « directrice de l'efficacité » au Conseil. Selon la Sunshine List, qui répertorie les employés du secteur public provincial touchant un salaire annuel de plus de 100 000 $, son revenu a augmenté de près de 4 000 $ cette année-là.

Quant au directeur adjoint, Marc Lamoureux, il est devenu enseignant dans une autre école du CSDCCS.

Les allégations n'ont pas été prouvées devant l'Ordre des enseignants de l'Ontario.

Si le comité de discipline conclut qu'ils ont commis une faute professionnelle, l'Ordre pourrait aller jusqu'à révoquer leur certificat d'enseignement. L'OQRE pourrait aussi annuler les résultats du test.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine