Retour

Une entreprise du Cap-Breton reçoit 70 000 candidatures pour une offre d'emploi assortie d'un terrain

À la recherche désespérée d'employés pour les aider à l'épicerie et boulangerie familiale, deux soeurs ont décidé d'attirer les candidats par tous les moyens, en proposant un emploi et un terrain de 12 000 mètres carrés! À leur grande surprise, elles ont reçu près de 70 000 candidatures venues du monde entier.

Un texte de Elisa Serret

Dans l'offre d'emploi, on peut lire ceci : « Venez travailler pendant 5 ans pour notre marché fermier et, en plus du salaire, nous vous donnerons 12 000 mètres carrés de terre à bois. Nous ne pouvons pas vous offrir un gros salaire, mais nous vous offrons une vie simple dans une communauté chaleureuse. »

Les soeurs Heather Coulombe et Sandee MacLean, propriétaires du marché fermier Farmer's Daughter à Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, ont reçu plus de 70 000 candidatures en ligne, si bien qu'elles n'arrivent plus à gérer toutes les demandes.

Propriétaires de plus de 800 000 mètres carrés de terre, elles se sont dit que l'ajout du terrain à l'offre d'emploi serait un bon incitatif pour des familles à venir s'installer dans leur coin de pays, dont elles veulent aussi faire connaître les paysages à couper le souffle. 

Les soeurs recherchent des personnes qui veulent, en plus de travailler pour l'entreprise familiale, participer à la vie communautaire et contribuer à redonner vie au petit village de 400 personnes durement touché par un déclin de population.

Jusqu'à ce jour, trois familles sont arrivées. Patricia Paquette et son mari ont traversé le pays depuis Vancouver pour venir à Whycocomagh. Les nouveaux employés seront appelés à travailler dans la cuisine, au service à la clientèle, et d'autres feront des réparations et des améliorations sur les bâtiments. Quand Patricia Paquette a vu l'annonce des deux soeurs, elle a cru que c'était une blague.

En trois semaines, Patricia et son mari avaient plié bagage et traversé le pays pour vivre leur nouvelle aventure. Jusqu'à présent, ils sont ravis. Ils prévoient construire une yourte quatre saisons sur leur terrain. Ils veulent vivre une vie plus écoresponsable dans une petite communauté. 

Ils devront faire preuve d'imagination parce que la terre se trouve loin de la route principale, qu'elle n'offre ni électricité ni service d'égouts et d'eau, et qu'elle n'est pas défrichée.

« Cette offre répond à ce que nous cherchions », affirme Patricia Paquette. « Une vie calme avec des gens chaleureux. Nous voulons vivre simplement », lance-t-elle pendant qu'elle cuisine des tartes aux pommes.

Les soeurs Heather Coulombe et Sandee MacLean souhaiteraient voir le nombre des familles s'élever à 15 en deux ans. Elles ont des projets d'expansion, mais sans main-d'oeuvre, elles ne pourraient pas y arriver.

La communauté enchantée de cette initiative

La population du Cap-Breton diminue d'environ 1 % annuellement. La majorité des entreprises locales recherchent constamment des employés permanents. Le conseiller municipal du district d'Inverness, John Maclennan, espère que cette idée pourra inspirer d'autres entreprises à faire quelque chose de similaire.

Pour la fédération de l'agriculture de la Nouvelle-Écosse, l'initiative s'insère parfaitement dans le projet de banque de terres. Elle souhaite protéger les terres agricoles et aider les nouveaux propriétaires à y faire des installations. Les nouveaux acquéreurs pourront donc avoir accès aux services offerts par la fédération.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?