Retour

Une famille de Québec a péri dans l'attaque terroriste à Ouagadougou

Quatre des Québécois qui comptent parmi les victimes de l'attentat de vendredi, à Ouagadougou, étaient membres d'une même famille.

Gladys Chamberland et son conjoint Yves Carrier, 65 ans, de même que leurs enfants Charlelie et Maude, ont été tués lorsque quatre djihadistes ont attaqué le restaurant Splendid ainsi que le café Cappucino de la capitale. Ils s'étaient rendus au Burkina Faso à des fins humanitaires, il y a près d'un mois.

La famille originaire de Lac-Beauport, dans la région de Québec, participait à la construction d'une école. Ils étaient accompagnés de deux amis, aussi bénévoles, qui seraient également originaires de Québec.

Le drame s'est produit alors que leur mission humanitaire venait tout juste de se conclure.

La famille avait quitté le Québec à la fin décembre afin de se rendre en Afrique pour le compte de la Congrégation des sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours. Il s'agissait du deuxième voyage sur le continent pour Gladys Chamberland, après un court séjour en 2013.

Sur Facebook, elle avait d'ailleurs tenté de rassurer ses proches, en relayant un article selon lequel les chances de mourir du terrorisme étaient de 1 sur 116 millions. « Dix fois plus de chances de gagner le gros lot du 6/49 », peut-on y lire ensuite.

La directrice de la Maison de Prière Notre-Dame Lise Desrochers ne s'explique pas un tel drame.  « Au Burkina Faso, jusqu'à présent il n'y avait pas eu ces problèmes. C'était un pays de paix et de tranquilité. »

Un pays où les humanitaires travaillent « dans le bonheur » précise-t-elle. 

« Ils vont dans les villages, soit pour rénover des bâtiments soit pour les construire. Ils sont un groupe qui travaille du matin au soir avec acharnement dans le bonheur d'être avec les Burkinabés. Ils sont généreux, ils ont fait ça depuis plusieurs années. Ils ont commencé avec l'initiative de Madame Hélène Boudreau qui vient de perdre son gendre, sa fille et les petits-enfants. »

La classe politique condamne unanimement l'attaque

Québec et Ottawa ont condamné vigoureusement cette attaque et offert leurs condoléances aux familles des victimes.

Au moins 29 personnes originaires de 18 pays différents, dont deux Français, deux Suisses, un Américain et un Néerlandais, ont péri dans l'attaque. Les quatre djihadistes d'Al-Qaïda ont pour leur part été abattus par les forces de sécurité.

Le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a revendiqué la responsabilité de l'attaque.

Un deuil national de 72 h a débuté dimanche au Burkina Faso. Le président Roch Marc Christian Kaboré a annoncé de nouvelles mesures de sécurité à Ouagadougou et aux frontières du pays, qu'ont traversé des combattants d'Al-Qaïda dans un véhicule en provenance du Niger.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine