Retour

Une femme de 94 ans meurt dans un incendie suspect à Terrebonne

Une femme grièvement blessée dans un incendie, qui a pris naissance tôt dimanche matin dans une résidence pour personnes âgées autonomes, a succombé à ses blessures. Les gicleurs étaient en cours d'installation dans l'établissement privé et une enquête déterminera si ceux-ci étaient fonctionnels.

Près de 70 pompiers ont été appelés au centre d'accueil Oasis, située rue Saint-Louis à Terrebonne, vers 1 h 30 du matin. Des pompiers de Sainte-Thérèse, Blainville, Repentigny et Sainte-Anne-des-Plaines sont venus prêter main-forte aux pompiers et policiers.

Quarante-trois résidents ont été évacués en moins de cinq minutes en pleine nuit. Le feu a été maîtrisé et éteint en matinée.

« Peu [de résidents] ont été capables de sortir par eux-mêmes, a expliqué ce matin le directeur des opérations du Service de sécurité incendie de Terrebonne, Éric Harnois. Ce sont les pompiers et les policiers qui les prenaient dans leurs bras pour les sortir le plus rapidement du bâtiment. »

En matinée, la police de Terrebonne a confirmé que l'enquête était transférée à la SQ.

Cette dernière a annoncé en début d'après-midi le décès d'une femme âgée de 94 ans, qui avait subi de graves brûlures. Toujours en début d'après-midi, deux résidents étaient encore en observation dans des centres hospitaliers, mais on ne craignait pas pour leur vie.

Selon Benoit Bilodeau, capitaine du Service de police intermunicipal de Terrebonne, Sainte-Anne-des-Plaines, Bois-des-Filion, « des éléments constatés par les pompiers [laissent] croire à une origine de nature suspecte ». Des enquêteurs sont sur place.

Les résidents ont été pris en charge par la cellule de crise du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière dès les premières heures de la matinée. Tous les patients ont été vus par un médecin avant 6 h, a mentionné le président-directeur général adjoint du CISSS de Lanaudière, Christian Gagné.

Une équipe de soins en santé mentale a également été mobilisée pour venir en aide aux résidents évacués, ainsi qu'une équipe dédiée à la relocalisation des résidents.

M. Gagné assure qu'une quinzaine de résidents ont déjà pu être relocalisés, et que les efforts se poursuivent.

« Notre objectif c’est d’ici 24 ou 48 h,de relocaliser tout le monde de façon confortable », a-t-il indiqué en entrevue.

Incertitude entourant les gicleurs

Selon les informations du plus récent registre des résidences privées pour aînés du ministère de la Santé et des Services sociaux, qui remonte à avril 2016, la résidence Oasis disposait d'un détecteur de fumée et d'un système d'alarme incendie, mais elle ne possédait pas de gicleurs.

En conférence de presse en début d'après-midi, la ministre québécoise responsable des Aînés, Francine Charbonneau, a confirmé que les gicleurs étaient en cours d'installation dans la résidence privée, mais n'a pas pu dire s'ils s'étaient déclenchés.

« Le test d'eau était supposé se faire d'ici quelques jours, a expliqué la ministre. Est-ce que le système est parti? On ne peut pas répondre à cela présentement. Il y a une enquête en cours. »

L'établissement hébergeait 32 résidents en 2016, selon le même registre. Parmi ceux-ci, 13 résidents étaient âgés de 85 ans et plus, tandis que 14 autres étaient âgés de 75 à 84 ans. Enfin, cinq d'entre eux avaient de 65 à 74 ans.

Avec les informations de Pascal Robidas

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine