Retour

Une femme retrouve sa citoyenneté après l'avoir perdue à cause d'une loi obscure

Byrdie Funk, une femme de 37 ans dont la famille est installée au Canada depuis trois générations, est redevenue une Canadienne de première génération samedi après avoir retrouvé sa citoyenneté perdue à cause d'une loi obscure actuellement en vigueur.

Née à Mexico de parents canadiens qui ont redéménagé au Canada lorsqu’elle avait deux mois, elle n’a eu, dans sa vie, que la citoyenneté canadienne.La femme de Vancouver l’a cependant perdue il y a environ un an parce qu’elle ne savait pas qu’une loi en vigueur exige que toute personne née en dehors du Canada entre 1977 et 1981 de parents eux-mêmes nés en dehors du pays doit faire des démarches pour garder leur citoyenneté avant l’âge de 28 ans. Byrdie Funk a donc manqué la date limite.« J’ai toujours fait partie de la famille canadienne. Pour moi, aujourd’hui, c’est comme si le Canada m’avait choisie et que j’appartenais à nouveau [à cette famille] », a-t-elle dit à l’issue de la cérémonie de citoyenneté à laquelle elle participait à Vancouver.

« Lois alambiquées »Durant son combat, elle a rejoint un groupe appelé Lost Canadians et s’est dite surprise par le nombre de personnes qui étaient dans le même cas qu’elle.Don Chapman, qui défend la cause, affirme que « les lois sont devenues très alambiquées ».Il ajoute que des lois archaïques continuent d’empêcher des enfants nés de pères non canadiens, ou mal enregistré lors de la naissance, d’obtenir la citoyenneté canadienne.« Il ne suffit pas de simplement combler les lacunes, nous avons besoin d’une nouvelle loi sur la citoyenneté », estime-t-il.Byrdie Funk, pour sa part, veut continuer le combat et aider ceux qui se retrouvent dans la situation dans laquelle elle était.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine