Retour

Une fête nationale au rythme d'hier et d'aujourd'hui à Québec

Des milliers de personnes ont fêté la Saint-Jean, samedi soir, sur les plaines d'Abraham, à Québec. Une vingtaine d'artistes ont foulé la scène pour rendre hommage aux Québécois d'hier et d'aujourd'hui qui ont marqué l'histoire.

Un texte de Fanny Samson

Les trois animateurs de la soirée, Garou, Gregory Charles et Isabelle Boulay, ont tour à tour offert une prestation musicale pour ensuite chanter en coeur Terre promise.

« Où que vous soyez, qui que vous soyez, et d’où que vous soyez venu, bienvenue sur les plaines d’Abraham », a lancé Gregory Charles.

Il a souligné que le spectacle allait rendre hommage aux Québécois « qui ont marqué l’imaginaire collectif d’hier à aujourd’hui », faisant ainsi référence au thème de la Fête nationale.

« Ce soir, on célèbre aussi nos auteurs et nos grands peintres québécois », a précisé Garou, avant de présenter l’artiste Laurie Marois, qui a peint une toile sur scène tout au long de la soirée.

De Gilles Vigneault à Émile Bilodeau, en passant par La Bottine souriante, Marjo, Les Colocs et Robert Charlebois, les artistes ont proposé de grands classiques de la chanson québécoise et des succès populaires.

Mitsou, qui célèbre 30 ans de carrière, a chanté quelques-uns de ses plus grands succès. Les plaines ont raisonné au rythme de Bye bye mon cowboy, de Lettre à un cowboy et de Dis-moi dis moi.

Hommage aux disparus

Patrice Michaud, Annie Villeneuve, Luc de Larochellière, Les sœurs Boulay, Mitsou, Daniel Lavoie, Jean-Pierre Ferland et plusieurs autres ont rendu hommage à plusieurs grands disparus.

Ils ont notamment souligné la carrière de l’écrivain Réjean Ducharme, mort l’an dernier. Gregory Charles et Garou ont chanté l’une de ses compositions : Mon pays, originalement interprétée par Robert Charlebois.

Patrice Michaud, accompagné d’Émile Bilodeau, a poursuivi avec Kamikaze, qui reprend une phrase écrite par l’auteur dans l’un de ses romans.

Daniel Lavoie a interprété Le Vieux du bas du fleuve de Gaston Mandeville, décédé il y a une vingtaine d'années.

L'hommage à Patrick Bourgeois, mort l'an dernier, fut l'un des moments les plus touchants du spectacle.

Son fils, Ludovick Bourgeois, qui n'était pas sur place, a participé au spectacle en vidéo. Accompagné de plusieurs artistes, il a chanté Tu ne sauras jamais avec Alain Lapointe et François Jean, membres originaux des BB.

Discours patriotiques

Les auteurs Simon Boulerice, Anaïs Barbeau-Lavalette et Marie Laberge ont prononcé chacun un texte mettant de l’avant les grands héros et héroïnes qui ont forgé le Québec.

Le jeune auteur a décidé de rendre hommage à sa mère et à son langage coloré.

« Aujourd’hui, je redécouvre la langue maternelle. J’écris maintenant pour faire raisonner la langue flamboyante de ma mère, mon héroïne des mots », a-t-il dit.

Anaïs Barbeau-Lavalette a choisi de rendre hommage aux femmes. « Les femmes sont très peu présentes dans le récit de l’histoire », a-t-elle souligné, en nommant plusieurs grandes femmes qui ont marqué l’histoire comme Marie Rollet, Jeanne Mance et Thérèse Casgrain.

Marie Laberge a offert un discours patriotique rassembleur. « Un pays, c’est un territoire, mais à quoi il sert s’il est désert? Un pays, c’est une histoire, mais à qui elle parle si on l’oublie? Un pays, c’est le coeur palpitant de ses habitants », a-t-elle lancé.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les piscines d'hôtel les plus spectaculaires





Rabais de la semaine