Retour

Une frégate canadienne en mer Égée pour chasser les passeurs

L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) va déployer une mission navale en mer Égée pour lutter contre les réseaux criminels qui exploitent les migrants attirés par l'espoir d'une vie meilleure en Europe. Une frégate de patrouille canadienne, le NCSM Fredericton, en fait partie.

Le déploiement du 2e Groupe maritime permanent de l'OTAN, actuellement stationné à Chypre, a été annoncé jeudi par le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg, à l'occasion d'une rencontre des ministres de la Défense des 28 pays membres, dont le Canadien Harjit Sajjan.

Le commandant des forces alliées en Europe, le général américain Philip Breedlove, « ordonne en ce moment au groupement naval permanent de se rendre en mer Égée sans tarder et d'y commencer des activités de surveillance », a indiqué M. Stoltenberg.

La mission de l'OTAN, réclamée conjointement par l'Allemagne, la Grèce et la Turquie, va « fournir des informations et une surveillance essentielle pour aider à lutter contre le trafic humain et les réseaux criminels, avec les garde-côtes nationaux et l'Union européenne », a précisé le secrétaire général.

« Il ne s'agit pas d'arrêter ni de repousser des bateaux de réfugiés », a assuré M. Stoltenberg.

Selon des sources diplomatiques, l'OTAN ne doit pas agir militairement contre les embarcations transportant des réfugiés, afin de ne pas donner l'impression qu'ils sont considérés comme une menace. D'où l'idée de transmettre des renseignements qu'elle recueillera aux garde-côtes turcs ou grecs.

En vertu de l'entente, ces derniers ne quitteront cependant pas leurs eaux territoriales respectives. Les relations entre les deux pays sont notoirement mauvaises.

Les navires de l'OTAN pourraient cependant être appelés à prêter main-forte à des embarcations en difficulté, comme cela est requis en vertu du droit de la mer. Certains craignent d'ailleurs que cela n'ait un « effet pervers, incitatif » sur les passeurs turcs.

Selon Jens Stoltenberg, « plusieurs alliés » ont annoncé qu'ils étaient prêts à renforcer le 2e Groupe maritime permanent de l'OTAN, actuellement composé de trois navires. En plus du NCMS Fredericton, il comprend une frégate allemande, le Bonn, et une turque, le Barbaros.

Selon une source militaire allemande, « l'idéal » serait qu'elle comprenne de cinq à sept navires. Une source gouvernementale allemande laisse pour sa part entendre que le Danemark devrait envoyer un navire.

Une telle opération de surveillance frontalière est une première pour l'OTAN, alliance militaire créée pour contrer l'Union soviétique après la Deuxième Guerre mondiale.

La pression était forte pour qu'elle agisse, alors que l'Europe affronte sa pire crise migratoire depuis cette époque. Cet afflux de migrants et de réfugiés a déjà remis en cause le principe de la libre circulation dans l'espace Schengen.

Selon l'Organisation maritime internationale, 76 000 migrants sont arrivés en Europe depuis le début de l'année, un rythme dix fois plus élevé que celui constaté lors de la même période l'an dernier.

La majorité de ces migrants transitent par la mer Égée, à bord d'embarcations de fortune souvent surchargées. Plusieurs d'entre elles finissent par couler; depuis le début de l'année, 409 personnes sont mortes noyées en tentant d'atteindre l'Europe depuis le début de 2016.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards