Les Québécois sont invités à faire don de leurs denrées non périssables au moment d'entreprendre le rituel du déménagement, dans le cadre de l'édition 2018 de la campagne « Une boîte de moins à déménager ». Le directeur général de Moisson Montréal, Richard Nadeau, soutient qu'il s'agit d'une démarche de sensibilisation au problème récurrent de la faim.

« Les Québécois sont très généreux durant le temps des Fêtes », reconnaît d'emblée M. Nadeau, de passage sur les ondes de RDI. Le problème, dit-il, est que la faim revient « quelques fois par jour, puis tous les jours de l'année » pour ceux qui n'ont pas les moyens de subvenir à tous leurs besoins alimentaires.

M. Nadeau espère ainsi lancer un « grand message de sensibilisation ». « Nous ne demandons pas aux gens de s'appauvrir, mais de déménager une boîte de moins », et de faire un don de nourriture « à ceux qui sont moins chanceux que vous », ajoute-t-il.

Les statistiques sur la faim demeurent troublantes au Québec. Moisson Montréal soutient que 10 % des familles vivent sous le seuil de la pauvreté; chaque mois, 400 000 personnes doivent se tourner vers une banque alimentaire pour mettre de la nourriture dans leur assiette, selon l'organisme.

« Il y a un bon roulement dans les gens qui ont besoin d'aide; les organismes communautaires sont là pour les épauler. Ces mêmes gens, qui sont déstabilisés par un événement ou un imprévu pour une courte période de temps, retombent ensuite sur leurs pattes et recommencent à contribuer à la société », indique encore M. Nadeau.

Quelque 10 % du financement des organismes de lutte contre la faim proviennent des divers paliers gouvernementaux.

Les Québécois peuvent donner de l'argent ou des denrées alimentaires

L'entreprise de déménagement Via Capitale participe à l'effort à sa façon : elle remettra gratuitement une boîte supplémentaire à tous ses clients qui déménagent prochainement afin de les inciter à se départir de leurs boîtes de conserves et d'autres aliments non périssables.

Les 1er et 2 juillet, les épiceries Provigo et les pharmacies Jean-Coutu accepteront les dons aux caisses. Il est aussi possible de contacter directement une banque alimentaire, ou de se rendre sur le site Internet de la guignolée estivale, pour y faire un don. Les aliments et l'argent donnés seront utilisés localement, assure M. Nadeau.

« Il y a un moyen de faire la différence dans la joie, pas dans la charité pastorale et dans la misère », ajoute-t-il. « Les besoins sont immenses. »

Plus d'articles