Retour

Une injonction est prononcée pour expulser les protestataires de Muskrat Falls

La Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador ordonne aux protestataires qui occupent ou bloquent l'accès au chantier du barrage hydroélectrique de Muskrat Falls, au Labrador, de quitter les lieux sous peine d'être arrêtés.

Le procureur général de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Parsons, a par ailleurs demandé le redéploiement d'agents de la GRC sur le site et aux alentours pour « maintenir la loi et l'ordre ».

Les manifestants qui ne respecteront pas l'ordonnance de la Cour pourraient être appelés à comparaître.

Une centaine de manifestants étaient sur le site en début d'après-midi mardi. Les agents de la GRC étaient aussi plus nombreux. L'escouade tactique de la police est sur place.

Nombreux départs au chantier

Un nombre important d'employés de Muskrat Falls au chômage forcé ont quitté Happy Valley-Goose Bay depuis samedi, jour où un groupe de manifestants a investi le chantier et a commencé à occuper les lieux.

Selon des travailleurs du chantier de la centrale hydroélectrique, au moins 1400 personnes ont été renvoyées chez elles. La société Nalcor, qui gère ce projet de plusieurs milliards de dollars, n'a cependant pas confirmé ce chiffre.

La société de la Couronne affirme que moins de 800 employés sont encore sur les lieux.

« C'est frustrant. J'aimerais qu'ils puissent s'entendre, [cette crise] pourrait s'arrêter et nous pourrions retourner au travail », dit Dean Pittman, un employé qui était en attente d'un vol pour rentrer chez lui.

Un groupe de manifestants qui s'étaient installés sur le site principal du chantier samedi s'est approché de la zone où ont lieu les travaux lundi, forçant Nalcor à suspendre ses opérations.

Les manifestants s'opposent à l'inondation du réservoir du projet hydroélectrique de Muskrat Falls. Ils demandent au gouvernement d'empêcher la dispersion de mercure méthylé dans l'environnement, en nettoyant le réservoir avant qu'il ne soit rempli.

« Pour assurer la sécurité de tous ceux qui sont impliqués, nous demandons l'appui de la GRC et suspendons les opérations sur le site », a affirmé la société Nalcor par voie de communiqué.

Le nombre de travailleurs a considérablement diminué depuis le début des manifestations, mais la société Nalcor refuse de dire que les employés touchés sont au chômage 

« Je n'irais pas jusqu'à dire que des employés ont été licenciés, ou si des mises à pied ont eu lieu », écrit un porte-parole.

L'entrepreneur principal du projet, Astaldi, refuse également de préciser si des employés ont été mis à pied ni combien ont été renvoyés chez eux.

« Nous travaillons avec Nalcor pour nous assurer que les travailleurs non essentiels puissent rentrer chez eux dans le calme et de façon sécuritaire », affirme un porte-parole de Astaldi.

Manifestation de soutien à Saint-Jean de Terre-Neuve

Par ailleurs, une manifestation en appui aux contestataires a eu lieu mardi après-midi devant l'édifice de la Confédération à Saint-Jean de Terre-Neuve.

Le rassemblement s'est tenu en marge d'une rencontre entre le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador et des leaders autochtones du Labrador.

Un manifestant a retiré les drapeaux de l'édifice de la Confédération. « Notre gouvernement a été silencieux pendant trop longtemps, il n'est plus légitime », a dit Adam Pitcher pendant qu'il s'affairait à retirer les drapeaux.

Le premier ministre Dwight Ball avait annoncé dimanche son intention de rencontrer des représentants de la Nation innue, du gouvernement du Nunatsiavut et du conseil communautaire NunatuKavut.

Sur Facebook, les organisateurs ont invité la population à se joindre à un rassemblement pacifique dans le but « d'amplifier les voix de ceux qui font la grève de la faim et de ceux qui protègent les terres de Muskrat Falls. »

Billy Gauthier, Delilah Saunders et Jerry Kohlmeist ont l'intention de faire la grève de la faim jusqu'à ce que le gouvernement entende leurs revendications.

Billy Gauthier en est à son douzième jour et a perdu 22 livres. Ses deux camarades sont quant à eux à leur neuvième jour. Ils sont tous les trois encore à Ottawa, mais ont l'intention de rentrer bientôt au Labrador.

Entre-temps, les municipalités auraient voulu participer à la rencontre avec le premier ministre Dwight Ball. La mairesse de Labrador City et présidente de l'association des municipalités de Terre-Neuve-et-Labrador, Karen Oldford, est déçue que les municipalités n'aient pas été invitées.

Une proposition de débat d'urgence aux Communes rejetée

La demande d'un débat d'urgence sur le projet hydro-électrique par le Bloc québécois à la Chambre des communes a été rejeté.

Le parti partage les préoccupations des manifestants à propos de ce projet, qu'il dénonce depuis le début.

Ottawa avait accordé une garantie de prêt de 6 milliards de dollars au projet de Muskrat Falls, qui pourrait exporter de l'électricité dans des marchés où se trouve Hydro-Québec. Il s'agirait, selon le Bloc québécois, d'une forme de concurrence déloyale.

Plus d'articles