Retour

Une intervention auprès de Xi Jinping pourrait-elle faire débloquer le dossier du libre-échange?

Le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, est toujours à Pékin afin de poursuivre les négociations avec la Chine dans l'espoir de parvenir à un accord sur le lancement de négociations commerciales formelles. Quelques heures plus tôt, le premier ministre Justin Trudeau avait un entretien avec le président Xi Jinping.

Un texte de Louis Blouin, envoyé spécial en Chine

Le nom Trudeau résonne toujours dans l’Empire du Milieu. Pierre Elliott Trudeau a été l’un des premiers leaders occidentaux à s’engager auprès du régime de Mao. Le premier ministre peut miser sur l’héritage laissé par son père pour faire avancer les intérêts économiques du Canada.

Le dossier du commerce était au menu de la rencontre des deux dirigeants qui s’est tenue à huis clos.

Négociations en coulisse

Justin Trudeau n’a pas réussi, lundi, à s’entendre avec le premier ministre chinois, Li Keqiang, pour lancer des négociations de libre-échange entre les deux pays.

Depuis ce revers, la délégation canadienne s’affaire en coulisse pour trouver un terrain d’entente qui mènerait à l'ouverture de négociations officielles.

Alors que la délégation canadienne était à bord de l'avion pour se rendre à Canton, l'entourage du ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, a finalement quitté l'appareil. Le ministre Champagne et son personnel espèrent toujours conclure une entente pour entamer des négociations commerciales formelles.

Justin Trudeau tente de garder un ton positif. « Pendant qu’on est en Chine, on va absolument continuer à travailler à toutes les occasions », a-t-il fait valoir en point de presse. Des partenariats conclus lundi en matière de climat, d’éducation et d’accès pour des produits agricoles canadiens sont la preuve que des progrès sont possibles, selon lui.

Lors d’un événement à Pékin, Justin Trudeau s’est entretenu avec des gens d’affaires qui souhaitent voir des négociations de libre-échange se concrétiser.

Le PDG du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, était parmi eux. « C’est important que le gouvernement du Canada réussisse à augmenter l’empreinte du Canada en Chine », a-t-il fait valoir.

Un traité faciliterait en effet la vie de son entreprise qui doit faire venir de nombreux artistes pour ses spectacles dans le pays. L’obtention de permis serait aussi facilitée pour ses installations.

Daniel Lamarre souligne que négocier avec les Chinois est un art. « La patience est toujours de mise avec les Chinois », a-t-il expliqué.

La question des droits de la personne

La délicate question des droits de la personne a été abordée au plus haut niveau, a assuré Justin Trudeau mardi. Il affirme en avoir discuté avec le premier ministre chinois et le sujet devait aussi être abordé avec le président. Le recours à la peine de mort préoccupe particulièrement le gouvernement canadien.

Des cas consulaires ont aussi fait partie des discussions. Le dossier d’un couple de vignerons canadiens retenu en Chine depuis bientôt deux ans en raison d’un différend commercial a refait surface avant le départ du premier ministre pour la Chine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine