Retour

Une journaliste russe poignardée en plein studio

Une animatrice de la radio russe proche de l'opposition a été poignardée lundi dans ses studios de Moscou par un individu, qui a été arrêté par la police.

Tatiana Felguengauer, rédactrice en chef adjointe de la radio Echo de Moscou (Ekho Moskvy) et présentatrice d'une émission populaire du matin, a été gravement blessée au cou lors de l’agression. Son état est jugé sérieux, selon l’Associated Press.

Selon le rédacteur en chef d'Echo de Moscou, Alexeï Venediktov, l’individu est entré dans l’immeuble, où il a neutralisé un gardien de sécurité à l’aide de poivre de cayenne. L’homme est ensuite monté au 14e étage de l’immeuble, où il a poignardé l'animatrice de 32 ans au cou.

« Il y avait beaucoup de sang et elle était en état de choc », a-t-il raconté M. Venediktov aux médias.

L’individu, qui n’a rien dit pendant toute la durée de l’agression, a été maîtrisé par des agents de sécurité et remis à la police moscovite peu de temps après. Selon les forces de l'ordre, l'assaillant serait un ressortissant étranger.

La police de Moscou soupçonne que l'assaillant, qui serait âgé de 48 ans, entretenait une rancune personnelle contre Mme Felgenhauer, selon ce que rapporte l'agence de presse Tass.

De nombreuses menaces

Considérée comme la seule radio indépendante de Russie, Echo de Moscou est souvent l’objet de menaces.

Plusieurs dirigeants russes dénoncent régulièrement ses reportages et ses journalistes ont souvent fait état de menaces de mort.

Une autre journaliste bien connue de la station, Yulia Latynina, a dû fuir la Russie en septembre après l'incendie apparemment criminel de sa voiture.

Il faut dire que les médias d’opposition ont la vie dure en Russie, tout comme les politiciens qui dénoncent l’autoritarisme du gouvernement Poutine.

Il y a deux semaines, un reportage de la télévision publique Rossiya 24 accusait Echo de Moscou d'être une « branche du département d'État des États-Unis » payée pour déstabiliser le pays avant l'élection présidentielle de mars.

De nombreux journalistes, notamment de l'opposition, ont été agressés, blessés ou assassinés ces dernières années dans le pays. Les enquêtes de police n'aboutissant que très rarement à des arrestations ou à des condamnations.

Selon le Comité pour la protection des journalistes, quelque 58 journalistes ont été tués en Russie depuis 1992.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine