Retour

Une journée de campagne avec le candidat conservateur Dominic Therrien

Après une quinzaine d'années passées hors de Trois-Rivières, l'avocat et ex-joueur au sein de l'organisation de baseball des Braves d'Atlanta, Dominic Therrien, a décidé de revenir chez lui. Il a laissé son cabinet d'avocat de Vancouver pour se lancer dans la campagne dans une circonscription qui n'a pas vu un conservateur à sa tête depuis 1993.

Un texte de Marie-Laure Josselin à Désautels le dimanche

Signe que le Parti conservateur a Trois-Rivières dans sa ligne de mire, le premier ministre Stephen Harper y a fait un arrêt lundi, le premier depuis 2008.

Autre signe : c'est l'ancien attaché de presse du cabinet du ministre Denis Lebel qui s'occupe des communications pour Dominic Therrien. C'est pourtant l'homme de 43 ans qui est allé se proposer au parti. « C'était la circonscription qui m'intéressait, j'ai mon monde ici, ma famille et c'est une des régions les plus pauvres du Québec », affirme-t-il.

« Une des raisons pour lesquelles j'ai eu un certain succès dans ma carrière de sportif et d'avocat, c'est parce que des gens, pas seulement famille, mais bénévoles, enseignants, entraîneurs, ont été là pour moi à Trois-Rivières [...] Et à un moment donné, tu arrives à un certain âge, une place dans la vie où tu veux redonner à ta communauté », précise-t-il.

Dominic Therrien est né et a grandi à Trois-Rivières. À 18 ans, il est repéré par une équipe du baseball majeur. Le joueur signe alors dans l'organisation des Braves d'Atlanta pour quatre saisons avant de repartir faire des études, un baccalauréat en science politique à Montréal, puis une maîtrise en relations internationales à la Sorbonne à Paris, et enfin à la faculté de droit à l'Université de Montréal. Il va ensuite vivre trois années en Chine avant de s'installer à Vancouver.

Homme de réseaux, il mise sur ses relations pour faire avancer Trois-Rivières, et surtout générer de l'économie. Il vise notamment le tourisme au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, mais pas n'importe lequel : le tourisme chinois. « En Chine, il y a 100 millions de chrétiens [...] et n'y a pas beaucoup de lieux de culte. Je pense qu'il peut y avoir une opportunité intéressante », explique-t-il.

Pour voir les images de campagne de Dominic Therrien sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Un tour à la Maison Grandi-Ose

Avec son horaire du jour, le père de trois enfants va visiter la Maison Grandi-Ose, un centre de loisirs adaptés pour enfants et adultes vivant avec des handicaps physiques, intellectuels ou avec un trouble du spectre de l'autisme.

Autour d'une table, la discussion tourne sur ce que propose la maison, mais rapidement vient la question du manque de financement. L'organisme est à but non lucratif et vit notamment de subventions et d'argent récolté lors de soupers homard et tournois de golf. Son directeur Claude Beaudoin explique que le budget restreint, « c'est le nerf de la guerre ».

En discussion privée, les deux hommes vont alors parler de solutions pour trouver du financement. Car, dit Dominic Therrien, c'est l'une de ses expertises. Alors qu'il brigue la députation, point de promesses de subventions, c'est sur le terrain du financement privé qu'il avance.

Faire la différence, c'est ce qu'il martèle. Mais devant les gens, que ce soit dans la résidence pour personnes âgées qu'il visite ou à un bingo où 500 personnes espèrent gagner le gros lot, il se contente de se présenter, sans développer son programme. « Certaines personnes âgées ne veulent pas parler politique en public. Elles préfèrent recevoir la documentation et la regarder chez elles », dit-il.

« Je vote pour lui parce qu'il m'a reconnu »

Événement après événement, ce sont sourire, bises et serrage de mains. Pour une dame au bingo, cela ne change rien, car son « idée est toute faite ». Mais pour le père d'un ancien coéquipier de Dominic Therrien, cela change son vote. Le candidat l'a reconnu après 30 ans. « Je ne vote pas pour un parti, je vote pour lui, parce qu'il m'a reconnu », précise-t-il.

Les Trifluviens l'attendent sur des sujets sensibles, comme le dossier de la pyrrhotite, ce matériau qui a endommagé de nombreuses maisons. Un drame à la fois économique et humain.

La journée se termine au stade Fernand-Bédard, là même où, la veille, Stephen Harper était venu encourager les troupes. Dominic Therrien est connu à Trois-Rivières. Il a une grande famille et était une vedette pour le baseball. Alors qu'il regarde un lancer d'un joueur des Aigles, il dit vivre un rêve professionnel. 

Plus d'articles

Commentaires