Retour

Une nouvelle application canadienne permettra de voyager plus rapidement

Ottawa s'apprête à lancer une application mobile qui permettra aux voyageurs de traverser les frontières plus rapidement grâce à un profil numérique contenant leurs renseignements personnels.

Appelé « Identité numérique du voyageur connu », le projet pilote est une initiative conjointe des gouvernements du Canada et des Pays-Bas, et sera d'abord testé sur les voyageurs se déplaçant entre ces deux pays.

L'application a été présentée le mois dernier lors du Forum économique mondial de Davos.

Le document détaillant le projet souligne que les arrivées de voyageurs internationaux devraient passer de 1,2 milliard en 2016 à 1,8 milliard en 2030, ce qui aura pour effet d'augmenter les exigences en matière de sécurité et de gestion du risque.

Tout comme Nexus, qui permet de circuler plus rapidement entre le Canada et les États-Unis, ainsi que la plupart des programmes destinés aux grands voyageurs, cette nouvelle application demandera aux utilisateurs de fournir des renseignements personnels détaillés, notamment sur leurs études universitaires, leurs relevés bancaires et leurs dossiers de vaccination.

Selon le directeur de l'Institut transfrontalier de l'Université de Windsor, Bill Anderson, les autorités frontalières cherchent de plus en plus à contrôler les voyageurs avant même que ceux-ci aient bouclé leurs valises.

L'application utilisera également des données biométriques telles que la reconnaissance faciale et de la rétine pour permettre une identification plus rapide des voyageurs.

La protection des données au coeur des préoccupations

L'entreprise technologique Accenture, qui participe à l'essai pilote, a assuré que les informations personnelles seront protégées et que les utilisateurs pourront décider au cas par cas à qui ils souhaitent transmettre leurs informations, et à quel moment.

« Aucune information personnelle n'est conservée dans le registre lui-même, garantissant que ces informations ne sont pas toutes dans un seul système, ce qui en ferait une cible à haut risque pour la corruption de données », a mentionné l'entreprise dans une déclaration écrite envoyée à CBC News.

Les profils numériques des utilisateurs seront par ailleurs automatiquement mis à jour lorsque ces derniers se déplaceront dans le monde. Plus ils voyageront, plus ils deviendront dignes de confiance, selon Bill Anderson.

Un système injuste?

À certains égards, le projet pilote s'inspire de sociétés technologiques privées comme Google et Facebook, qui sont devenues expertes dans la création de profils de leurs utilisateurs.

Certains critiques déplorent toutefois que de tels programmes créent un système de transport à deux vitesses, où les personnes non inscrites se retrouvent dans des files d'attente plus longues et reçoivent un service de moins bonne qualité.

« À long terme, je pense que nous cherchons à utiliser certains de ces concepts pour un public plus large, pour tous les voyageurs, et ainsi accélérer le temps de voyage pour tout le monde, plutôt que pour un groupe spécifique de voyageurs dignes de confiance », a affirmé la directrice de la sécurité de l'entreprise Airports Council International, Nina Brooks.

L'entreprise, qui représente près de 2000 aéroports dans le monde, soutient la mise au point de ces nouvelles technologies, mais est également favorable à tout autre système où les voyageurs pourraient avoir une expérience similaire, selon Mme Brooks.

Le déploiement mondial de l'application est prévu d'ici 2020.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le secret derrière les trop longues douches de ce jeune homme...





Rabais de la semaine