Retour

Une nouvelle technologie pour améliorer la performance du recyclage

À l'échelle planétaire, les quelque 7 milliards d'humains produisent 5 milliards de tonnes de déchets par année. Malgré les efforts en matière de récupération, à peine le tiers de ces déchets sont actuellement recyclés. Résultat : des sites d'enfouissement qui débordent un peu partout, y compris au Québec. Une société française propose une technologie qui, affirme-t-elle, pourrait changer la donne.

Un texte de Michel Marsolais

Au Québec, nous aurons bientôt trois bacs différents pour disposer de nos ordures de façon plus verte. Beaucoup d'efforts pour des résultats mitigés, puisque moins du tiers de ce qui est récupéré est dans les faits recyclé. Même le verre de nos bacs de recyclage finit généralement au dépotoir.

La société française 3Wayste propose une technologie qui recycle près 90 % des déchets avec un tri qui se fait entièrement en usine, ce qui permettrait techniquement de revenir à la poubelle unique.

Lors d'un point de presse à la Maison du développement durable de Montréal, les porte-parole de la société ont rappelé que le tri à la source a sans doute atteint ses limites.

« La mairie de Toronto nous dit : j'enfouis la totalité du gisement [de déchets] du centre-ville. J'ai 40 nationalités! Il est impossible que je mette en place 40 guides de tri dans 40 langues. Je n'ai pas la place pour mettre les bacs. Donc j'enfouis tous les jours, sans aucun tri », raconte Fabien Charreyre, créateur de la technologie 3Wayste.

La société exploite déjà une usine à Puy-en-Veley, en France, depuis deux ans. Une usine de 37 millions de dollars rentable dès la première année, assure Fabien Charreyre.

3Wayste dit ne pas chercher à s'implanter en Amérique, mais pense que les brevets de sa technologie peuvent trouver preneur un peu partout dans le monde. La société pense que le Québec peut servir de tête de pont pour une percée en Amérique du Nord.

« Nous avons pu rencontrer des élus et des techniciens à Québec, à Montréal, à Gatineau, à Trois-Rivières. À Gatineau, on nous a proposé un partenariat public-privé sur 20 ans. Je crois que c'est une collectivité très sensible aux questions d'environnement », explique Fabien Charreyre.

Un porte-parole en Christophe Lambert

L'acteur Christophe Lambert - connu notamment pour ses rôles dans Greystoke et Highlander - s'est fait le porte-parole de ce procédé vert.

« On n'est pas là pour prendre la place de quelqu'un. On est là pour proposer une technologie nouvelle, qui va en fin de compte booster les poids lourds du secteur », dit-il.
« Les gens ont le droit de savoir et de prendre conscience qu'on peut tout valoriser », estime Christophe Lambert.

La technologie permet de produire du compost, un combustible solide sept fois moins polluant que le charbon et des matières premières classiques comme le carton, le papier ou l'aluminium.

Si personne ne conteste l'intérêt de maximiser le recyclage et de réduire l'enfouissement, les changements de pratiques se heurtent à de la résistance. Le Québec a mis des années à développer son système de collecte sélective et hésite à le remettre en question.

Plus d'articles

Commentaires